Johnny Hallyday: sa vraie relation avec sa fille Laura Smet

La vie de Johnny Hallyday décédé le 7 décembre 2017 s’était changée à la naissance de sa fille Laura Smet. En effet, quand sa fille aînée a vu le jour, Johnny Hallyday s’est complètement transformée. Il se couche tôt et passe ses week-ends dans la Creuse auprès de sa compagne et sa fille.

«Oh, oh, Laura, petit rien du tout mais tant pour moi » chante Johnny en 1986 bouleversé à la naissance de sa fille, qu’il a eue avec Nathalie Baye trois ans plus tôt. Une chanson écrite alors par Jean-Jacques Goldman qui figure sur l’album « Gang ».«J’étais comme tous les papas du monde, je voyais ma fille un week-end sur deux. J’ai vu Laura grandir » a confié Johnny Hallyday après sa séparation avec Nathalie Baye en 1986. En ce temps, l’idole des jeunes emmenait sa fille voir des films d’horreur, ce qui rendait folle Nathalie Baye. «Elle me fait penser à moi quand j’avais 20 ans, dans mes moments de déprime. A cet âge-là, j’étais beaucoup plus torturé que maintenant. Elle me donne beaucoup de soucis. Mais j’ai bon espoir. C’est ma petite fille que j’adore » avait t-il affirmé lorsque Laura Smet a connu sa descente aux enfers, accro à la drogue et à l’alcool en 2008.

Johnny voyait sa fille en cachette

Après son mariage avec sa quatrième femme Laeticia, qui a neuf ans d’écart avec sa fille Laura, Johnny voyait sa fille en cachette. «J’ai un amour inconditionnel pour mon père, j’y tiens comme à la prunelle de mes yeux » dit l’actrice qui a contesté l’héritage de son père Johnny, avec son frère David. On se souvient de cette lettre posthume écrite à son père et rendue publique pat l’AFP: « J’aurais préféré que cela reste en famille », mais « j’ai choisi de me battre. J’ai appris, il y a quelques jours, que tu aurais rédigé un testament nous déshéritant totalement David (son demi-frère, ndlr) et moi », a expliqué l’actrice dans cette lettre. Aussi se rappelle t-elle dans sa lettre: « Il y a encore quelques semaines, tu me disais à table : Alors, quand est-ce que vous faites un enfant ? Mais que vais-je pouvoir lui transmettre de toi, toi que j’admire tant ? ».

Un extrait de la lettre posthume

« Tant de questions sans réponses. Toutes ces fois où on a dû se cacher pour se voir et s’appeler ! Il m’est encore insupportable de ne pas avoir pu te dire au revoir, papa, le sais-tu au moins ? »

« Toutes les nuits tu viens me voir dans mon rêve, je te vois : tu es beau, sans aucun tatouage, tu es enfin libre et tu cours dans la brume l’air totalement perdu et apeuré »

« Je t’entends, papa, et moi, j’ai choisi de me battre. J’aurais préféré que tout cela reste en famille, malheureusement, dans notre famille c’est comme ça… », ajoute Laura Smet, en concluant sa lettre sur ces mots: « Je suis si fière d’être ta fille. Je t’aime Papa. »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. Accepter En savoir plus