Côte d’Ivoire : « Le seul pays d’accueil que Blé Goudé demande, c’est la Côte d’Ivoire »

Libéré sous condition par la Cour Pénale Internationale, l’ancien ministre de la Jeunesse de la Côte d’ivoire sous l’ex-président Laurent Gbagbo, n’a qu’une seule volonté : rentrer dans son pays natal, qu’est la Côte d’ivoire.

Contrairement à l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo; qui a été remis par la CPI aux autorités de la Belgique où, il séjourne en liberté conditionnelle, son ancien ministre Charles Blé Goudé est toujours en attente. Aucune capitale européenne, n’est   favorablement à l’accueillir sur son territoire pour le moment. Pendant ce temps, les proches de Charles Blé Goudé mettent en avant la volonté de l’ancien ministre de la jeunesse, de rentrer dans son pays, la Côte d’Ivoire. Selon le Dr Saraka Patrice, le médecin spécial de l’ex-pensionnaire de la prison de Scheveningen,  Charles Blé Goudé n’est pas demandeur de pays d’accueil.

« Il n’est pas soumis à un régime de demande de liberté provisoire. Il faut plutôt dire que la CPI est à la recherche d’un pays d’accueil. Malheureusement pour elle (et non pour le ministre Charles Blé Goudé), les pays sollicités par le greffe, ne veulent pas se rendre complices des mesures impopulaires d’aménagement impertinemment imposées à un homme acquitté, blanchi, donc totalement libre » a écrit le Dr Saraka Patrice sur son réseau social.

« Le seul pays d’accueil que Blé Goudé demande, c’est la Côte d’Ivoire, son pays natal, où les démocrates et les citoyens épris de justice s’organisent à le recevoir de façon triomphale », a-t-il insisté.

A l’en croire, Blé Goudé continue de jouir tranquillement et pleinement de sa liberté retrouvée, en mettant à profit ses journées pour recevoir amis et connaissances, parents et collaborateurs. Ceci, en attente de son retour au bercail.

Charles Blé Goudé, ministre de la jeunesse sous l’ancien président de la Côte d’Ivoire, a été poursuivi devant la CPI au même titre que Gbagbo pour des crimes de guerre et crimes contre l’humanité lors des violences postes-électorales de la présidentielle de 2011. Ils tous été acquittés le mardi 15 janvier et ont été remis en liberté sous condition suite à l’audience en appel qui a eu lieu le 1er février dernier.

18 Février 2019 - 24 Février 2019

  • nov 26, 2018 - dec 02, 2018
  • dec 03, 2018 - dec 09, 2018
  • dec 10, 2018 - dec 16, 2018
  • dec 17, 2018 - dec 23, 2018
  • dec 24, 2018 - dec 30, 2018
  • dec 31, 2018 - jan 06, 2019
  • jan 07, 2019 - jan 13, 2019
  • jan 14, 2019 - jan 20, 2019
  • jan 21, 2019 - jan 27, 2019
  • jan 28, 2019 - fév 03, 2019
  • fév 04, 2019 - fév 10, 2019
  • fév 11, 2019 - fév 17, 2019
  • fév 18, 2019 - fév 24, 2019
  • fév 25, 2019 - mar 03, 2019
  • mar 04, 2019 - mar 10, 2019
  • mar 11, 2019 - mar 17, 2019
  • mar 18, 2019 - mar 24, 2019
  • mar 25, 2019 - mar 31, 2019
  • avr 01, 2019 - avr 07, 2019
  • avr 08, 2019 - avr 14, 2019
  • avr 15, 2019 - avr 21, 2019
  • avr 22, 2019 - avr 28, 2019
  • avr 29, 2019 - mai 05, 2019
  • mai 06, 2019 - mai 12, 2019
  • mai 13, 2019 - mai 19, 2019
lun18
mar19
mer20
jeu21
ven22
sam23
dim24

05fév(fév 5)0 h 00 min28(fév 28)0 h 00 minAppel à candidature pour le Concours Startups FIDEA 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus

X