A la Une Politique

Côte d’Ivoire : « je considère Guillaume Soro comme un de mes fils », Alassane Ouattara

Guillaume Soro et Alassane Ouattara @Jeune Afrique

L’événement marquant de la semaine dernière en Côte d’Ivoire et qui continue de marquer les esprits ivoiriens, est la démission de Guillaume Soro de la tête du parlement du pays. Revenant sur le sujet dans un entretien avec RFI, le président de la république Alassane Ouattara revient sur la question.

Beaucoup pensent que la démission de Soro de la présidence du parlement ivoirien est la résultante d’une dégradation profonde des relations entre ce dernier et le président de la république. Et bien, Alassane Ouattara a levé le voile sur l’état actuel des relations entre les deux hommes et indique que ce n’est pas la fin d’une amitié mais plutôt des idéologies différentes et dit comprendre et respecter cela. « Guillaume Soro estimait qu’il était plus d’une idéologie politique qui n’était pas celle du RHDP [Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix], puisque le RHDP, les Houphouëtistes, nous sommes un parti libéral ; libéral social, lui se considère marxiste. Donc, je comprends que de ce fait ce ne soit pas compatible avec ses convictions », explique Ouattara.

Le président assure avoir « beaucoup d’estime pour Guillaume Soro » qu’il « considère comme un de mes fils ». Il indique que si Soro pense avoir accompli ce pourquoi il s’était allié à lui et que désormais il voudrait voler seul, « il est libre de le faire ». « Au niveau de mon parti, il a été courageux. Il a fait un travail important. Et il était engagé contre l’ivoirité, c’était la chose, je pense, qui l’a amenée vers moi comme beaucoup de jeunes qui considéraient que cette politique d’ivoirité dans les années 1990 allait totalement détruite la Côte d’Ivoire. Et je pense d’ailleurs que cela a été le cas. Tous les maux de la Côte d’Ivoire peuvent être rattachés à cette politique d’ivoirité. Maintenant que ces problèmes sont derrière nous, évidemment s’il veut mener une carrière politique conformément à ses convictions politiques, nous ne sommes pas de convictions libérales sociales. Mais écoutez, il est libre de le faire », estime le président Ouattara.

Soro a-t-il refusé d’adhérer au RHDP ?

Alassane Ouattara a expliqué que Guillaume Soro n’avait pas refusé d’adhérer au parti unifié RHDP ; « il est entré à la formation du parti. Mais un peu plus tard, après réflexion, il a estimé que peut-être sa place n’était pas au RHDP et qu’il préférait engager une nouvelle aventure ». Mais Ouattara a tout de même fait le lien entre cette nouvelle orientation de Soro et son départ de la tête de l’AN. Le président souligne que « c’est la majorité présidentielle qui désigne son président qui doit être de la majorité. Le RHDP est largement majoritaire, pratiquement les deux tiers du Parlement. Il faut bien que le président du Parlement soit issu du RHDP ».

Il va sans dire que penser que la main avait été forcée à Soro Guillaume pour démissionner serait quelque peu logique même si Ouattara s’efforce à prétendre le contraire. « Je ne suis pas homme à forcer qui que ce soit. Nous avons eu de bons entretiens. Il m’a confirmé tout cela. Il m’a dit qu’il voulait prendre un peu de temps. Il envisage d’aller faire des études de MBA à Harvard. Et puis après, on verra, je n’exclus pas qu’il revienne à la maison d’ailleurs », a-t-il indiqué avant de s’exprimer sur une probable candidature en 2020 de Guillaume Soro. « Mais, je considère que c’est son choix, c’est sa liberté », a martelé ADO soulignant que la constitution le permet et qu’il n’essayera pas de l’en empêcher.

C’est un jeune homme avec qui je maintiendrai les rapports que j’ai toujours eus

« La Constitution l’autorise à le faire et il n’est pas question pour moi d’empêcher la candidature de qui que ce soit, comme certains ont tenté de le faire par le passé », souligne Ouattara qui dit ne pas voir en Soro un adversaire politique. « C’est un jeune homme avec qui je maintiendrai les rapports que j’ai toujours eus. Je pense qu’au niveau de la presse, vous exagérez un peu. Il n’y a pas de problème relationnel. Guillaume, je suis tout de même à un niveau où on ne peut pas considérer que Guillaume puisse avoir un problème avec moi. C’est un jeune homme qui se dit très attaché à ma personne » déclare le chef de l’Etat ivoirien.

A Lire Aussi

Bénin – impasse électorale: un ultimatum de 48h à Patrice Talon

Robert Houngbo

Bénin – Légisaltives 2019: le JRPR mobilise les étudiants pour des élections apaisées

Cochimau S. HOUNGBADJI

Mercenaires au Bénin, la réplique des FCBE à la police républicaine

Parfait FOLLY

Algérie : Abdelkader Bensalah appelle à une conférence nationale

Bénin – Impasse électorale: l’affaire des « mercenaires » est une fable selon Nicéphore Soglo

FPI : Laurent Gbagbo reçoit « le camarade » N’Guessan à Bruxelles et lance un appel

Modeste Dossou

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." Accepter En Savoir Plus