A la Une Politique

Bénin: Togbonon veut empêcher Ajavon de jouir de ses droits politiques, selon Me Issiaka Moustapha.

L’intrigue judiciaire du procureur spécial de la cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (criet), aurait une visée d’empêcher le président Sébastien germain Ajavon de jouir de ses droits politiques. C’est ce que pense Me Issiaka Moustapha, avocat de l’homme d’affaires

Suite à leur sortie médiatique de ce Jeudi 7 Février 2019, Me Issiaka Moustapha, avocat de Sébastien Germain Ajavon dans le dossier de trafic de 18 kg de cocaïne a été reçu ce vendredi sur RFI pour donner des précisions sur la position de l’Etat béninois dans ce dossier.

Selon les déclarations de l’avocat, l’Etat béninois s’est opposé au respect du jugement de la cour africaine des droits de l’homme et des peuples. Me Issiaka Moustapha s’est surtout intéressé au pourvoir en cassation de la décision rendue par la cour de répression des infractions économiques et du terrorisme. Pour le conseil de Sébastien Ajavon, le procureur spécial a confisqué le dossier transmis à la cour suprême; une attitude du procureur spécial fustigé par le professionnel du droit.

« Ce qu’il y a de nouveau et qui est encore plus grave, Mr Ajavon a élevé un pourvoir en cassation contre l’arrêt de la Criet. Mais jusqu’au jour d’aujourd’hui, le dossier n’a pas été transmis. Nous avons saisi à plusieurs reprises le greffier en chef et le procureur spécial. Le greffier en chef nous a écrit pour dire qu’il a apprêté le dossier qu’il a transmis au procureur spécial le 22 novembre 2018″ s’est-il indigné

Pour lui, ce comportement du procureur spécial de la cour de répression des infractions économiques et du terrorisme n’est rien d’autre qu’une volonté affichée du magistrat d’empêcher le président d’honneur du parti union sociale libérale de jouir de son droit politique. Pour Me Moustapha, les agissements du procureur Gilbert Togbonon confirme davantage la thèse de complot dans ce dossier dit de trafic de 18 kg de cocaïne pure.

A Lire Aussi

Bénin – impasse électorale: un ultimatum de 48h à Patrice Talon

Robert Houngbo

Bénin – Légisaltives 2019: le JRPR mobilise les étudiants pour des élections apaisées

Cochimau S. HOUNGBADJI

Mercenaires au Bénin, la réplique des FCBE à la police républicaine

Parfait FOLLY

Bénin – Impasse électorale: l’affaire des « mercenaires » est une fable selon Nicéphore Soglo

Bénin – Législatives 2019: Valère Dogué quitte l’Usl pour l’Union progressiste

Parfait FOLLY

Bénin: retour sur les personnes interpellées ou arrêtées au cours de la semaine

Robert Houngbo

3 commentaires

Seka 8 février 2019 at 19 h 17 min

Ces avocats ont trouvé un bon filon et ont tout intérêt à s’agiter quand bien même au fond d’eux-mêmes, ils ne rêvent pas de pouvoir gagner dans une telle affaire de trafic de drogue qui est loin d’être banale. Ils doivent pouvoir enfler et justifier leurs honoraires.
A la limite, ils font du cinéma. .

Répondre
marc 13 8 février 2019 at 21 h 36 min

quant on est incapable de mener une bonne gestion du gouvernement on cree des faux dossiers pour ecarter ceux qui les font peure en croyant que c est fini, vous n avez rien compris vous serez surpris.

Répondre
Adamon 11 février 2019 at 13 h 31 min

Depuis l’arrivée du président Talon rien de concret, toujours la chasse des Béninois, le peuple et regarde .

Répondre

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." Accepter En Savoir Plus