Bénin: l’opposition actuelle est passive et consomme tout selon Candide Azannai

La Clinique électorale organisée par l”ABDC le jeudi 14 février 2019 a été une occasion pour Candide Azannaï de soulever les faiblesses de l’opposition actuelle. Confiant de ce qu’elle a encore la possibilité de renverser la tendance, l’ancien ministre délégué chargé de la défense, opposant farouche au régime Yayi, a donné des pistes de solutions face aux faiblesses relevées.

Face au régime Talon, et notamment en ce qui concerne le processus électoral en cours, les actions de l’opposition ne convainquent pas Candide Azannaï. Sans ambages, il a exprimé sa déception face à la passivité dont les forces de l’opposition font preuves en cette veille des élections législatives de 2019. A l’en croire, la plus grosse erreur de l’opposition actuelle, c’est cette passivité dont profite allègrement le système en place pour mettre en oeuvre ses manœuvres afin de remporter les élections.

[su_heading size=”17″]A lire aussi: Bénin – Législatives 2019: Candide Azannaï ne fait pas de sa candidature une priorité[/su_heading]

Pour illustrer ses dires, il évoque par exemple la question du certificat de conformité imposé par la Cour constitutionnelle en dépit des pièces prévues par le code électoral. A l’en croire, cette pièce réclamée aux partis politiques n’a pas sa raison d’être du moment où le code électoral a déjà défini les éléments constitutifs d’un dossier de candidature. Il affirme que ce certificat pour lequel les partis courent de gauche à droite est un premier élément de fraude. “C’est le plus puissant élément de fraude qui commence”, a-t-il précisé. Pour lui, il s’agit d’une illégalité au profit de la mouvance, et l’opposition devrait la combattre.

L’opposition ne comble pas encore les attentes de Candide Azannaï…

Alors qu’elle devrait s’insurger et s’opposer à l’exigence de cette nouvelle pièce pour la constitution des dossiers de candidatures, les forces politiques de l’opposition sont restées silencieuses à la quête du fameux certificat de conformité à la nouvelle charte des partis politiques. Une attitude surprenante pour Candide Azannaï qui dénonce une passivité notoire. 

“Vous avez vu avec quelle rapidité la Cena a ajouté une nouvelle pièce? En faisant cela, la Cena s’est aplatie et l’opposition en ne réagissant pas, elle consomme. Elle se met devant le fait accompli”.

Candide Azannaï

Pour lui, l’opposition doit se réveiller et prendre les taureaux par les cornes. Il veut une opposition qui provoque, qui va au contact et qui va au bout de son combat. Selon Candide Azannaï, c’est la seule solution que doit adopter l’opposition pour venir à bout du système mis en place par le régime. “Une opposition pour gagner doit faire de l’indiscipline pédagogique”, a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus