Bénin: les proches du député Atao Hinnouho démentent son supposé décès

Dans la soirée du samedi 02 février 2019, plusieurs publications sur les réseaux sociaux ont annoncé le décès du député Atao Hinnouho qui a bénéficié d’une évacuation sanitaire dans la journée du jeudi 31 janvier 2019. Selon les auteurs de cette information, l’honorable de la 15ème circonscription n’aurait pas vécu pendant longtemps suite à son évacuation. Mais en réalité, il s’agit d’une fausse information selon plusieurs sources proches de sa famille.

Le député Atao Hinnouho vit toujours et continue de suivre les soins en France. L’information faisant état de sa mort est une intoxication qui ne cadre pas avec la réalité. Plusieurs sources contactées dans l’entourage de l’honorable ont démenti l’information en rassurant qu’il va plutôt mieux. Même si les proches du député reconnaissent qu’il est parti du Bénin dans un état de santé critique, ils insistent sur le fait qu’il n’y a pas encore péril en la demeure.

Condamnés à 6 ans de prison avec une amende de 3 milliards pour fraudes douanières et pour acte de rébellion, Atao Hinnouho a commencé sa mésaventure le 07 décembre 2017. Détenu au CNHU, transféré à la prison civile de Cotonou et aujourd’hui en France pour des soins sanitaires, Atao Hinnouho est dans un véritable parcours du combattant.

Retour sur les faits…

Porté disparu dans la nuit du 07 décembre 2017 suite une perquisition manquée de son domicile par la police, le sieur Atao Hinnouho fait son apparition dans les locaux du tribunal de première instance de Cotonou. A l’issue de son audition, il obtient une ordonnance de la part du juge des libertés qui l’épargne de la prison du moment où son immunité n’est pas levée. Le député s’est vu tirer d’affaires, mais c’est sans compter avec la plainte de la douane qui l’accuse d’« importation de marchandise prohibée et en contrebande ainsi que la non déclaration de marchandises importées ».

 

Atao Hinnouho a été mis sous mandat de dépôt le 03 mai pour être jugé le 08, mais dans un procès de flagrant délit. Un procès qui a été finalement reporté pour le 12 juin 2018. Pendant que ses avocats se préparent pour le défendre par rapport aux accusations de la douane, de nouvelles accusations s’y ajoutent. En dehors donc des anciennes charges retenues contre lui, Atao Hinnouho sera également jugé pour « Rébellion, violences et voies de fait ». Il écope finalement de cinq (05) ans d’emprisonnement pour fraudes douanières, un (01) an ferme pour acte de rébellion avec une amende de 3 milliards.

Selon ses avocats, les évènements qui ont suivi son apparition dans les locaux du tribunal l’ont plongé dans une santé fragile. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il a été détenus pendant des semaines au CNHU. A en croire Me Baparape son transfert à la prison civile de Cotonou a compliqué sa situation sanitaire, mais cette fois-ci il fallait qu’il se rende à l’extérieur pour se faire soigner, d’où l’autorisation du procureur pour son évacuation sanitaire en France.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus