A la Une Politique

Bénin – Icc-Services: réaction de Me Kato Atita sur la poursuite annoncée contre Yayi

Boni Yayi, ancien Président de la République du Bénin (2006 - 2016)

Le procès Icc-Services qui s’est achevé dans la nuit du jeudi 07 février 2019, continue de susciter des réactions au sein de l’opinion. Invité sur l’émission 100% Bénin de Sikka Tv, du vendredi 08 février 2019, Me Paul Kato Atita a donné son opinion sur ce procès. Il s’est surtout attardé, sur la poursuite annoncée contre Boni Yayi et certaines personnalités dans la réquisition du procureur spécial de la CRIET.

Le procès Icc-Services a fait assez de bruit, pour finir par accoucher d’une petite souris. C’est ce que Me Paul Kato Atita a tenté de faire savoir. Ex avocat de l’un des accusés, l’homme de droit pense que l’on a habillé le procès en visant un homme politique, au point où l’essentiel qui relève du droit a été mis de côté. « Ce procès était parti dans l’objectif d’atteindre la personne de  Boni Yayi. Les quatre premiers jours, lorsque vous voyez les dépositions, les orientations de certaines questions, ceux qui venaient mettre en accusation Boni Yayi, étaient favorablement accueillis, contrairement à ceux qui l’éloignent de l’affaire. « , a-t-il affirmé.

Pour Me Paul Kato Atita, cet objectif est bien visible dans la réquisition du procureur spécial de la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (CRIET). Il s’agit en effet de la poursuite annoncée contre l’Ex Chef d’Etat et d’autres personnalités, responsables au sommet de l’Etat au moment des faits. A l’en croire, le procureur spécial « a parlé un peu de trop », il aurait pu se passer de certaines choses, qui ont finalement terni l’image du procès, selon l’homme de droit.

Le procureur spécial en retard sur les faits selon Me Paul Kato Atita…

En ce qui concerne la poursuite proprement dite contre Boni Yayi et certains de ces collaborateurs, Me Kato Atita, pense que le procureur n’avait pas besoin d’en faire cas, dans sa réquisition. « Il n’avait plus besoin de dire ce qu’il a dit là, et qui est déjà connu de l’organe qui a décision de dire : poursuivez-le. Ce n’est pas de son domaine », a-t-il affirmé, avant de préciser que le cas Boni Yayi avait été déjà évoqué au Parlement en 2010, sur les mêmes faits.

Selon l’avocat, l’Assemblée nationale, seule institution consacrée par la constitution, pour autoriser les poursuites contre les ex Présidents de la République et les anciens Ministres avait déjà étudié le cas Boni Yayi en 2010. « Une résolution en tant qu’un acte solennel de l’Assemblée nationale à l’époque existe là, portant le nom Yayi Boni et est passé au vote et le vote a connu un échec sur les mêmes faits », a-t-il précisé. Mieux, les ministres dont il s’agit sont déjà poursuivis devant la Haute Cour de justice.

Boni Yayi n’a pas bénéficié de circonstances atténuantes selon Me Kato Atita…

L’autre aspect du procès que l’avocat trouve regrettable, c’est le fait que l’ancien chef d’Etat n’ait pas bénéficié de circonstances atténuantes dans les auditions. Pour lui, la « théorie du tiers » connu des juges, n’a pas été exploitée à fond, lors des dépositions. Ladite théorie devrait amener la Cour à comprendre le degré d’implication de l’ex chef d’Etat. « Il arrive que l’escroc dans ses manœuvres pour atteindre sa cible cherche à rassurer les gens. Ne pouvant pas le faire seul, il peut se plier sur une notabilité, une personnalité », a-t-il expliqué.

Ainsi, lorsque des accusés indexaient sans cesse Boni Yayi, la Cour devrait chercher à savoir, si les mis en cause ne se sont pas servis simplement de l’image de l’ex chef d’Etat, pour atteindre leur but. « Personne ne s’est demandé, si les accusés ne se sont pas mêlés à lui simplement pour avoir son image, pour convaincre les populations afin d’atteindre un objectif», a-t-il conclu.

A Lire Aussi

Bénin – impasse électorale: un ultimatum de 48h à Patrice Talon

Robert Houngbo

Bénin – Légisaltives 2019: le JRPR mobilise les étudiants pour des élections apaisées

Cochimau S. HOUNGBADJI

Mercenaires au Bénin, la réplique des FCBE à la police républicaine

Parfait FOLLY

Bénin – Impasse électorale: l’affaire des « mercenaires » est une fable selon Nicéphore Soglo

Bénin – Législatives 2019: Valère Dogué quitte l’Usl pour l’Union progressiste

Parfait FOLLY

Bénin: retour sur les personnes interpellées ou arrêtées au cours de la semaine

Robert Houngbo

2 commentaires

Bénin Béni 9 février 2019 at 19 h 28 min

Un avocat charognard qui aime les dossiers pourris qui sentent la charogne. Puisque ce sont les plus juteux. Il se propose déjà indirectement pour faire partie de la horde d’avocats que yayi va certainement recruter pour sa défense.

Répondre
OUSSOU 10 février 2019 at 20 h 10 min

Ça fait votre affaire. Vous les politiques ne faites que faire souffrir les populations. Vous organisez des scènes pour distraire. Tantôt vous êtes opposants, tantôt vous êtes mouvanciers. Et dans tout ça, la jeune est oubliée. La jeunesse qui croupit sous le poids du chômage et espérant une vie meilleure se trouve entre le marteau et l’enclume. Ça fait votre affaire.

Répondre

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." Accepter En Savoir Plus