Bénin: Djènontin appelle mouvance et opposition à une urgente rencontre de crise

Le secrétaire national exécutif du parti des forces cauris pour un Bénin émergent appelle la classe politique toute tendance confondue à un sursaut patriotique pour débloquée l’impasse autour de l’organisation des élections législatives prochaines.

Sommes-nous dans une impasse dans l’organisation des élections législatives du 28 Avril prochain? La réponse à cette question semble être une évidence pour le secrétaire national exécutif du parti des forces cauris pour Un Bénin émergent, l’honorable Valentin Djènontin. En effet, dans un appel lancé à la classe politique, l’élu fcbe en exil depuis un moment invite les acteurs politiques aussi bien de l’opposition que de la mouvance au pouvoir à un sursaut patriotique pour éviter l’impasse autour des législatives qui s’annoncent.

Pour le député de la sixième circonscription électorale, si le Gouvernement, toutes les institutions de la République, les syndicats, les Organisations de la Société Civile, les Confessions religieuses et la classe politique ne se résolvent à relever le défi dans un esprit consensuel, d’humilité, de prévoyance et de paix, le Bénin va droit vers un chaos inédit. Loin d’être un oiseau de mauvais augure, le numéro du parti des fcbe estime qu’il y a urgence et que l’heure n’est plus au clivage politique.

La situation objet de l’alerte de l’He Valentin Djènontin:

Conformément à l’appel et aux vœux du Chef de l’État, les députés du BMP ont voté la loi N° 2018-23 du 17 Septembre 2018 portant charte des partis politiques en République du Bénin et la loi N° 2018-31 du 09 Octobre 2018 portant code électoral en République du Bénin malgré les mises en garde  des députés de la minorité parlementaire ainsi que les critiques et appels des juristes et des membres de la plate-forme des Organisations de la Société Civile; indique-t-il dans son alerte.
Ces deux lois, poursuit-il,  sont devenues aujourd’hui un os au travers de la gorge de la classe politique.
En effet, malgré la violation des dispositions de la loi portant charte des partis politiques par la Cour Constitutionnelle en ramenant la date de mise en conformité des partis politiques à la nouvelle charte du 17 Mars 2019 au 28 Février 2019 et du code électoral par l’ajout d’une pièce complémentaire “certificat de mise en conformité” aux dossiers de candidature pour les législatives d’avril 2019 faisant ainsi du Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Publique (MISP) le censeur et le sélectionneur des partis politiques à la compétition électorale, le bout du tunnel n’est pas proche pour les organisateurs du scrutin d’avril 2019; affirme-t-il.

Sur la base  de la  Décision EL 19-001 du 1er Février 2019 de la Cour Constitutionnelle, la CENA, par communiqué N° 005/CENA/PT/VP/CB/SP du 05 Février 2019 a fixé la date de dépôt des dossiers de candidature à l’élection des membres de l’Assemblée Nationale du 21 au 26 Février 2019. Mais précise-t-il, jusqu’à ce jour lundi 18 Février 2019, la plupart des potentiels candidats aux élections législatives d’avril 2019 n’ont reçu ni le quitus fiscal, ni le message “provisoirement défavorable” de la DGI qui ouvre la voie à la régularisation de la situation fiscale du contribuable candidat. Nous sommes pourtant à 72H du début du dépôt des dossiers de candidature à la CENA (21 février 2019), fait-il remarquer.

Suivant la même Décision EL 19-001 du 1er Février 2019 de la Cour Constitutionnelle, pour être recevable à la CENA, le dossier de candidature des partis politiques doit comporter une pièce illégale dénommée “certificat de mise en conformité” que le MISP doit délivrer aux partis politiques; laisse-t-il entendre. Le jeudi 14 février 2019, poursuit-il, le MISP a donné une conférence de presse au cours de laquelle, il déclarait les membres fondateurs des dix (10) partis politiques ont reçu la notification de non conformité des dossiers de leurs formations politiques. La célérité et la rigueur avec lesquelles, les membres fondateurs mettent en conformité les dossiers de leurs formations politiques, conditionnent le délai d’obtention du certificat de conformité et du récépissé provisoire.
En réaction à la notification de la non-conformité, les partis politiques ont déjà commencé par déposer leur dossier de mise en conformité.

Le Parti FCBE a déposé son dossier de mise en conformité après les corrections demandées, au MISP le Mardi 12 Février 2019, jusqu’à ce jour, lundi 18 février 2019, à 72H du début du dépôt des dossiers de candidature aux élections législatives à la CENA, aucun parti politique n’a reçu de certificat de conformité; se désole l’honorable Valentin Djènontin. Face à cette situation qui pourrait laisser en rade plusieurs partis politiques de la course des élections législatives de 2019, l’élu fcbe tire la sonnette d’alarme et entrevoit une crise latente qu’il urge d’éviter à travers une rencontre de la classe politique pour revoir les choses de façon consensuelle.

3 commentaires
  1. Alain Eklou dit

    La séance sera faite où?

  2. Alain Eklou dit

    La séance sera faite où ?

    1. la rupture dit

      Au Bénin ici bien sur . J’espère qu’il aura le courage oppositif d’y participer.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus