gaetane

Bénin: Boni Yayi Président de l’Assemblée nationale, quelles conséquences?

Alors qu’il est évident que l’ancien Président Boni Yayi sera candidat aux élections législatives d’Avril 2019 dans la 8eme circonscription, nombre de ses militants le voit déjà au perchoir en tant que Président de l’Assemblée Nationale.

Cette situation serait non seulement sans précédent dans l’histoire du Bénin, mais également une nouvelle raison pour le monde d’être étonné par le Bénin. Mais au delà de la curiosité, quels avantages et inconvénients offre cette perspective? Le Bénin a t-il à gagner de voir Boni Yayi devenir la deuxième personnalité du pays? Quels sont les risques d’une telle configuration politique ? 

Boni Yayi Président de l’Assemblée, un scénario à la béninoise…

Il est vrai que pour l’instant, il ne s’agit que de théories. Mais qui aurait pu penser lors de la passation de pouvoir entre Boni Yayi et Patrice Talon en 2016, que nous serions entrain d’imaginer une possible victoire des FCBE lors des législatives 2019? Comme Kerekou des années avant lui, Yayi Boni s’offre un étonnant comeback politique avec une popularité à son firmament. Ses sorties provoquent émotion et dévotion d’une population nostalgique de sa personnalité. Yayi Boni, sans nul doute, est un animal politique non identifié dont le charme fait encore effet sur une partie des béninois au point que nombre d’entre eux souhaiteraient le voir remplacer Adrien Houngbedji à la tête de notre Parlement. Un vrai scénario à la béninoise où l’on verrait Boni Yayi devenir le Président de l’Assemblée alors que son ancien ennemi juré est actuellement Président de la République. Une nouvelle preuve que les béninois sont les spécialistes des dribbles en politique.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Bénin: Talon vs Ajavon, retour sur 10 ans de rivalité économique devenue conflit politique [/su_heading]

Mais au delà de la surprise, ne s’agirait-il pas d’un aveu d’échec pour le Président Talon qui, par sa politique aura réussi à relancer un Boni Yayi dont beaucoup ne voulaient plus entendre parler en 2016? Voir l’opposition siéger au sommet de l’Assemblée ne serait-elle pas une véritable remise en question de tout ce que Patrice Talon a eu à faire depuis 2016? D’autant plus que cette élection pourrait amener très rapidement à l’annulation de plusieurs lois votées par les députés actuels telles que la loi sur le numérique suivant laquelle le jeune Sabi Sira Korogone est en détention, tout comme le nouveau code civil ou le nouveau code électoral. En somme, l’ensemble des réformes mises en place par Patrice Talon pourrait s’effondrer tout comme son pouvoir largement contesté; une perspective terrible en vue d’une éventuelle réélection en 2021.

Boni Yayi pourrait également peser de tout son poids pour pousser à la suppression de la CRIET et de toutes les décisions prises par cette cour, ce qui permettrait le retour des exilés politiques. Alors que Boni Yayi a longtemps, lorsqu’il était Président de la République, attisé les confrontations politiques, il pourrait dans une telle configuration symboliser la sagesse et la réconciliation entre de nombreux béninois. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’ancien Président ne répond plus aux différentes attaques qu’il reçoit et adopte une stratégie de rassemblement. Ainsi, l’élection de Boni Yayi pourrait ouvrir des perspectives intéressantes, cependant une part d’incertitudes et de doutes demeure dans un tel schéma.

Vers un affrontement institutionnel Yayi vs Talon?

Si la Constitution du Bénin donne de nombreux pouvoirs à l’Assemblée Nationale, le Président de la République demeure l’homme fort du pays. Ainsi, si de nombreuses mesures prises par Patrice Talon pourraient être rayées de l’histoire du pays, le Président ne se laissera pas faire pour autant. Il dispose, en effet, pour cela de moyens de négociations ou de coercition assez redoutable. Patrice Talon devrait très probablement tenter de déstabiliser la nouvelle majorité qui lui serait défavorable en usant de sa position pour séduire certains éléments de l’opposition. Il est en effet difficile de dire non à un Président de la République surtout lorsqu’il s’appelle Patrice Talon, tandis que le Président de l’Assemblée a moins à offrir.

Ainsi, nous pourrions assister à une opposition entre les deux principales institutions du pays, chaque camp multipliant les intrigues politiques. Un tel scénario presque inévitable, mais son ampleur ne dépendra que d’un seul facteur: le nombre de députés dont disposera l’opposition à Patrice Talon. En effet si les députés dits de l’opposition forment une majorité au dessus des 42 sièges mais inférieure à 63 sur 83 que compte l’Assemblée nationale, alors le rapport de force, bien que défavorable à Patrice Talon, ne serait pas catastrophique. Mais dans le cas où l’opposition aurait plus de 63 sièges sur les 83, alors le Président Talon se retrouverait dans une position très inconfortable. Une position qui pourrait non seulement lui coûter son siège de Président de la République, mais également le conduire devant la justice.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Programme Bénin révélé : Patrice Talon, encore 25 mois pour convaincre [/su_heading]

Il faut dire que l’Assemblée représente le peuple, et lorsque les trois quarts des députés sont au couleur d’un camp politique, alors la Constitution considère que ce camp est plus fort qu’un Président de la République élu. Une telle configuration limiterait l’action de Patrice Talon qui, en cas de faux pas, risquerait la destitution. Un cas de figure qui offrirait la Présidence de la République à Boni Yayi. En effet, en cas d’empêchement définitif du Président de la République, le Président de l’Assemblée le remplace en attendant l’organisation de nouvelles élections.

S’il s’agit là de politique fiction, il existe tout de même une probabilité non nulle pour Boni Yayi de redevenir Président de la République pour un mois s’il réussissait à devenir Président de l’Assemblée. A ce moment là, le monde ne serait pas seulement étonné, mais bien estomaqué par le Bénin….

5 commentaires
  1. SANOUSSI FASSASSI dit

    Si Vraiment Yaya Boni devient président de l’Assemblée nationale en 2019.Le pays serait ingouvernable pour Talon.Et là , nous assisterons à une situation de deux capitaines dans un même bateau.Imaginons la suite !

  2. SANOUSSI FASSASSI dit

    Boni Yayi est notre Jesus.Alors il est la solution des problèmes rupturiens qui minent actuellement le peuple béninois .

  3. Jacob NONDOHOUNDÉ dit

    C’est ce que nous souhaiterions voir!

  4. JOHN A. AGOSSOU dit

    Les fcbe n’auront pas plus de 20 députés. une législative n’est pas une présidentielle. RENDEZ VOUS AU SOIR DU 28 AVRIL 2019

  5. Seko dit

    Yayi va bouffer la honte. Même si on sait qu’il n’a aucun sens de morale et de dignité. Il est le Jésus des brigands et des voleurs du pays qui ont saigné le pays pendant dix ans. Le Bénin ne lui appartient pas et il aura bien l’occasion de le comprendre une fois pour toutes. L’Etat voyou ne reviendra plus jamais dans notre pays. Qu’il se le tienne pour dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus