gaetane

Bénin – Absence de l’opposition à l’élection législatives de 2019: le rêve deviendra-t-il réalité?

Pour une première fois dans l’histoire politique du Bénin depuis 1990, une élection sera organisée sans la participation des partis de l’opposition. Cette éventualité perçue comme un rêve tend à se concrétiser avec le dernier round qui se déroule devant la chambre administrative de la cour suprême.

[su_heading size=”17″]A lire aussi : Bénin: résumé de la rencontre entre le Président Patrice Talon et l’opposition (vidéo)[/su_heading]

Encore quelques heures et la commission électorale nationale autonome (CENA) va ranger ses installations après six jours de mévente. Si dans la soirée de ce Mardi 26 Février 2019, plusieurs partis de la mouvance au pouvoir vont se bousculer pour rester dans le timing fixé par l’organe en charge des élections en République du Bénin, dans le rang des forces de l’opposition, les incertitudes quant à leur participation à cette compétition demeurent et se renforcent à chaque minute qui s’égrène.

Pour certaines opinions, les carottes sont désormais cuites et bien cuites et l’opposition doit s’en prendre à elle-même car c’est désormais une évidence qu’elle ne participera pas à cette compétition électorale. Leur rencontre d’hier avec le chef de l’Etat prouve à suffisance que la chance d’un parti de l’opposition à participer à cette joute électorale est à la limite négligeable.

[su_heading size=”17″]A lire aussi : Candide Azannaï: « Une élection va se faire pour la première fois au Bénin sans l’opposition »[/su_heading]

L’étude en procédure d’urgence du recours formulé par certaines forces politiques devant la chambre administrative de la cour suprême n’est en réalité qu’un ultime test qui ne produira aucun effet. Les mises en garde de la commission électorale nationale autonome qui n’entend déplacer d’un seul iota la ligne tracée pour le dépôt des dossiers de candidature est un blocage supplémentaire pour les candidats des formations politiques de l’opposition qui, confrontés à plusieurs difficultés à la fois, semble ne plus disposer du temps matériel pour rattraper son retard. Ainsi, la participation des forces de l’opposition à l’élection législative du 28 Avril 2019, tient au bout d’un fil pour ne pas dire du bon vouloir des institutions impliquées dans l’organisation des élections dans le pays.

 

2 commentaires
  1. Cosmo dit

    Laisser la mouvance seule aller à l’élection.

  2. Un lecteur dit

    Donc pour vous, dans une démocratie, une élection sans opposition est un “rêve”.
    J’aimerais bien connaître votre définition de la démocratie. A moins que ceci ne soit pas un article mais une opinion politique…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.