gaetane

USA – Justice: le fils de l’ex président guinéen Sékou Touré et sa femme risquent 20 ans de prison

Pour avoir contraint une jeune fille guinéenne à des travaux forcés pendant environ seize (16) ans, le fils de l’ancien Président, Sékou Touré, Mohamed Touré et son épouse ont été déclarés coupables.

La jeune fille nommée Diena Jalo, arrivée à 5 ans au Texas aurait été accueillie par le couple Touré qui l’avait gardée comme domestique tout en la soumettant à des tâches ménagères telles que : cuisine,  lessive,  jardinage,  tonte de  pelouse,  peinture de la maison . Elle était également aux petits soins, parfois sous châtiments corporels, de la fraterie de cinq enfants du couple et ceci  sans salaire. La famille Touré aurait même confisqué les papiers de la jeune Diena Jalo l’empêchant de retourner en Guinée. Elle a eu à travailler sous pression et menaces pendant seize (16) années, période pendant laquelle elle a subi de graves sévices corporelles.

Que peut-on entendre de travail forcé ?

La définition du travail forcé d’après la Convention (N° 29) sur le travail forcé, 1930, le travail forcé ou obligatoire désigne: «tout travail ou service exigé d’un individu sous la menace d’une peine quelconque et pour lequel ledit individu ne s’est pas offert de plein gré».

C’est bien cela le chef d’accusation du couple Touré. Selon le journal de Dallas Star Telegram, le verdict est tombé ce jeudi 10 janvier 2019, à Texas, aux États-Unis pour Mohamed Touré, le fils du père de l’indépendance guinéenne, feu président Ahmed Sékou Touré et sa femme Denise Florence Cross-Touré. Ils sont reconnus coupables de travail forcé et d’esclavagisme par la justice américaine, sur cette jeune fille guinéenne, de complot d’hébergement d’étranger et d’hébergement d’étranger et peuvent écoper d’un emprisonnement allant jusqu’en à 20 ans. Les jurés ont également décidé que les biens du couple Touré (maison et compte- bancaire), soient saisis.

Pour Eric Dreiband, procureur général adjoint, « Les accusés ont pris pour cible une jeune fille extrêmement vulnérable. Leurs actions ignobles ont été notamment de la maltraiter cruellement, de la forcer à travailler chez eux pendant des années sans rémunération, cachée à la vue de tous, et de lui voler son enfance».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.