RDC : pendant que les autres se battent pour le pouvoir, Ebola continue son travail

L’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo est devenue la deuxième plus meurtrière de l’histoire, avec plus de 600 cas confirmés et plus de 300 décès, ont déclaré des responsables internationaux de la santé.

Quelque 61% des personnes qui ont contracté la maladie, découverte au Congo en 1976, sont décédées, a annoncé lundi le ministère congolais de la Santé. L’épidémie se propage également dans d’autres pays, car deux des provinces les plus touchées partagent des frontières non sécurisées avec le Soudan du Sud, l’Ouganda et le Rwanda. “L’évolution du nombre de nouveaux cas survenus, reflète la poursuite de l’épidémie dans ces zones géographiquement dispersées, avec une baisse encourageante de l’incidence des cas dans des zones telles que Beni”, a annoncé la semaine dernière un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé. “Des progrès durement gagnés pourraient encore être perdus du fait de longues périodes d’insécurité entravant les efforts de confinement.”

[su_heading size=”17″]A Lire aussi : Le Congo subit la deuxième plus grande épidémie d’Ebola de l’histoire [/su_heading]

L’épidémie qui s’est propagée dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest de 2014 à 2016 figure toujours au premier rang des épidémies d’Ebola les plus meurtrières. Elle a touché plus de 28 000 personnes et tué plus de 11 000. Onze ont été traités aux États-Unis. Certains ont contracté la maladie en Afrique de l’Ouest avant de voyager et certains membres du personnel médical l’ont aussi contracté, a déclaré le Centre de contrôle et de prévention des maladies.

Le Dr Thomas Geisbert, chercheur sur le virus Ebola à la branche médicale de l’Université du Texas, a déclaré que la difficulté à lutter contre la maladie est qu’il existe trois souches différentes. “En cas d’épidémie, nous ne savons vraiment pas laquelle de ces trois souches, l’espèce, nous l’appelons, est la cause de cet épisode”, a déclaré Geisbert à Voice of America, ajoutant que “notre objectif était de développer un traitement qui fonctionnerait indépendamment de la souche d’Ebola qui le provoquait. Si je dois fabriquer un médicament qui ne fonctionne que contre le Congo, et un autre médicament qui ne fonctionne que contre le Soudan et un autre médicament qui ne fonctionne que contre l’espèce Bundibugyo, c’est extrêmement coûteux.”

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.