L’acquittement de Laurent Gbagbo “met en péril la quête de justice” selon l’Avocate des victimes

A La Haye, le mardi 15 janvier 2019, la CPI a décidé de la libération immédiate de l’ancien Président de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé,  jugés pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011 ayant fait plus de 3.000 morts en cinq mois. Une décision que n’arrive pas à digérer la représentante des victimes.

L’avocate des victimes de la crise post-électorale de 2010-2011 a estimé, mardi, que la décision d’acquittement de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et de son coaccusé, Charles Blé Goudé, ancien ministre de la Jeunesse et leader des Jeunes patriotes, met en péril la quête de la justice.

[su_heading size=”17″]A Lire aussi : Acquittement de Laurent Gbagbo: la décision de plus qui ébranle les fondements de la CPI [/su_heading]

«Je regrette vivement que cette décision mette en péril la quête de justice des Victimes autorisées à participer aux procédures devant la Cour pénale internationale », a indiqué Me Paolina Massidda dans un communiqué, à la suite de la décision de la CPI.

Selon elle, les dites victimes expriment leur vive déception quant à la décision de l’acquittement des deux accusés. « Elles estiment en effet que les éléments de preuve présentés dans le dossier à ce jour justifient amplement la poursuite du procès. En ce sens, les victimes partagent la position exprimée par Mme la juge Herrera Carbuccia dans son opinion dissidente qui constate une erreur d’évaluation de la majorité en ce qui concerne l’appréciation des éléments de preuve au stade de la procédure », poursuit-elle, avant d’affirmer que les victimes  regrettent également que la majorité des juges n’ai rendu qu’un résumé très succinct des motifs justifiant selon elle, les acquittements.

[su_heading size=”17″]A Lire aussi : Libération de Laurent Gbagbo: Jean Pierre Bemba exprime sa joie [/su_heading]

« L’absence de raisonnement juridique rend vaine toute tentative visant à comprendre les raisons, sous-entend la décision. L’importance de la question et de l’enjeu exigeait au contraire une décision pleinement justifiée afin de respecter le droit des victimes de connaitre la vérité sur les évènements qui les ont si fortement touchées », a-t-elle ajouté puis de souligner que, toutefois, cette décision n’est pas définitive.

« Les victimes demeurent convaincues que les preuves présentées par l’accusation montrent clairement qu’elles ont été ciblées en raison de leur nationalité, de leur ethnie ; ou de leur affiliation politique et elles espèrent que la suite de la procédure prenne dûment en compte leur quête de justice », a conclu Mme Paolina Massidda.

«Je regrette vivement que cette décision mette en péril la quête de justice des Victimes autorisées à participer aux procédures devant la Cour pénale internationale », a-t-elle indiqué dans un communiqué parvenue à l’AFP, à la suite de la décision de la CPI d’acquitter Laurent Gbagbo et Blé Goudé.

Déclaration de Me Paolina Massidda , avocate des victimes dans le cadre du procès de l’ex-président Laurent Gbagbo et Blé Goudé
1 commentaire
  1. Amelagbe dit

    Ce qui met en peril la quete de justice, c’est le maintien en detention sans proces pendant 100 mois !!!
    Koiiii gnan…
    Personne ne dit qu’il n’y a pas eu crimes contre l’humanite dans les 2 camps …
    Mais l’accusation a ete incapable de prouver que Gbagbo en etait responsable…
    En droit, le doute profite a l’accuse…
    Amenez Sarkozy et Ouattarra en preventive pour 100 mois si vous voulez juger tous ceux qui ont une part de responabilite et arretez de surfer sur la peine reele des victimes!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus