gaetane

Kenya: attentat terroriste en cours à Nairobi, probable intervention des forces spéciales américaines (PHOTOS)

Mardi 15 janvier après-midi, la capitale kényane a été le théâtre d’un attentat terroriste visant l’un des endroits les plus sûrs de la capitale, ont rapporté les médias locaux.

Des témoins ont rapporté une énorme explosion qui a été suivie par des tirs nourris dans le complexe hôtelier Dusit, au 14 Riverside Drive, près de Chiromo Road, dans la capitale du Kenya. «Nous avons un incident sur la route de Chiromo et nous le traitons très sérieusement, parce que cela pourrait être n’importe quoi», a déclaré le porte-parole de la police, Charles Owino, à Capital FM News: «Nous avons déployé toutes les unités spécialisées, y compris celles de la police antiterroriste », a-t-il ajouté. Bien qu’Owino n’ait pas immédiatement confirmé s’il s’agissait d’une attaque terroriste, l’incident avait toutes les caractéristiques du terrorisme: explosions sonores, véhicules en feu et tirs nourris. Les journalistes présents sur les lieux ont déclaré avoir vu le corps d’une personne tuée lors de l’attaque. Des policiers lourdement armés ont été aperçus autour de l’immeuble où les assaillants se seraient retranchés. Plusieurs personnes ont été sauvées, d’autres auraient été bloquées dans l’hôtel, les banques et les bureaux du complexe.

Des centaines d’étudiants de l’Université de Nairobi ont également été sommés de quitter leur résidence située sur Chiromo Road, juste à côté du lieu de l’attaque. Quelques heures plus tard, des officiers de l’armée avaient rejoint la police sur les lieux, alors que d’autres escadrons pénétraient dans le complexe. Un convoi de véhicules blindés de missions étrangères, y compris des États-Unis, a été vu mardi soir en direction de 14 Riverside Drive alors que les services de sécurité répondaient à l’attaque terroriste présumée. Les véhicules transportaient des forces spéciales de l’ambassade des États-Unis, selon les médias. Quatre hélicoptères de police et de l’armée ont été vus survolant la zone alors que les ambulances continuaient d’évacuer les blessés. L’attaque a eu lieu exactement trois ans après celle du 15 janvier contre les soldats des Forces de défense du Kenya à El Adde, en Somalie, où plus de 150 soldats ont été tués.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.