Accueil » Gabon : vers la réplique du scénario Bouteflika avec Ali Bongo ?
A la Une Politique

Gabon : vers la réplique du scénario Bouteflika avec Ali Bongo ?

Le président de la République du Gabon est rentré dans son pays lundi après plus de deux mois passés à l’extérieur du pays pour des raisons de maladies. Mardi, il a assisté à la cérémonie de prestation de serment du gouvernement mais en fauteuil roulant. Une posture qui donne l’impression que ce dernier n’a pas encore la plénitude de ses capacités physiques.

Serait-il incapable de diriger le pays? Personne ne saurait le dire, tant son entourage fait de son état de santé un fétiche, une sorte d’abstraction sacro-sainte qu’on aborde que superficiellement comme en Algérie avec Bouteflika qui, avec le temps est jeté aux oubliettes, laissant champ libre à ses généraux.

L’effet Bouteflika serait-il en train d’arriver au Gabon ? C’est la question qu’il revient de se poser avec les derniers événements qui s’y sont déroulés.  De la brève cérémonie de prestation de serment des ministres, qui d’ailleurs n’en est pas véritablement une, au multiple report du conseil des ministres, les pièces du puzzle commencent à s’assembler pour aboutir à une exacte réplique de la situation algérienne avec le président Abdelaziz Bouteflika.

Acte I, « je le jure »

En effet, lors de la cérémonie où les ministres étaient censés prêter serment, aucun d’eux n’a véritablement prononcé le serment. Devant un chef d’Etat assis en fauteuil roulant avec un air très attentif et imperturbable ( pouvait-il vraiment bouger normalement? question), chacun des ministres se levait et, soulevant la main, disait juste « je le jure » avant de s’aligner. Une façon certaine de ne pas perdre du temps pour, surement, permettre au président de vite s’éclipser, n’étant visiblement pas au mieux de sa forme, comme le clamait le gouvernement.

Acte II, Bongo est parti

L’autre pan de l’histoire qui constitue aussi une pièce importante du puzzle, c’est le double report du conseil des ministres. Prévu pour se tenir à la fin de la « prestation de serment » mardi sous la présidence effective du président de la République, le conseil des ministres a été annulé et reporté au lendemain, c’est-à-dire mercredi 16 janvier 2019. Mais mercredi en fin de matinée, il a encore été reporté à une date ultérieure, ce qui renforce les doutes sur la santé réelle d’Ali Bongo et aussi sur sa présence sur le territoire gabonais. Sur ce dernier aspect, les dernières nouvelles font état de ce que le président ne serait plus au Gabon depuis mardi soir. Il serait retourné au Maroc, de la façon la plus discrète possible, pour y continuer les soins pour son plein rétablissement.

Acte III, Bouteflika

En Algérie, le président est cloué dans un fauteuil roulant il y a plusieurs années et n’est plus apparu en public depuis très longtemps. C’est son entourage qui rapporte les décisions et plusieurs observateurs pensent même que ce sont ses proches qui dirigent le pays, utilisant le nom du président pour rester au pouvoir et continuer à bénéficier des commodités de l’Etat. Le même scénario serait ou est en train de se produire au Gabon avec le clan Bongo. Aucune information indiscutable n’a encore été fournie sur l’état de santé réel du président par les autorités et le flou autour de sa capacité à diriger le pays est entretenu de façon, semble-t-il, volontaire par elles. Pourquoi ces points d’ombre autour de la gestion de l’Etat Gabonais ? Question.

A Lire Aussi

Bénin: Rsf exige la libération du journaliste Casimir Kpédjo avant tout procès

Ouganda: la police disperse les partisans de Bobi Wine, candidat à la présidentielle

Modeste Dossou

Bénin – Impasse électorale: quel impact avec la saisie du parlement européen?

Robert Houngbo

Mali: le nouveau premier ministre est enfin connu

Modeste Dossou

Côte d’Ivoire: Simone Gbagbo fait mal à Man, l’euphorie à son comble

Modeste Dossou

Bénin: les dernières informations sur la garde à vue du journaliste Casimir Kpédjo

Cochimau S. HOUNGBADJI

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." Accepter En Savoir Plus