France: nouvelles révélations sur Benalla

Selon des révélations du Canard Enchaîné ce mercredi 16 janvier, Alexandre Benalla aurait quitté ses fonctions à l’Elysée alors qu’il détenait un quatrième passeport et un téléphone crypté secret-défense. Son avocate assure qu’elle a cherché à les rendre le 11 janvier.

Le feuilleton Benalla rebondit de plus belle et fait la UNE de l’actualité française pendant que le mouvement « Gilets-Jaunes » ne faiblit pas. Ce mercredi 16 janvier 2019, alors que doivent reprendre les auditions de la commission d’enquête du Sénat, l’hebdomadaire satirique « le Canard Enchaîné » a fait des révélations compromettantes sur l’ancien collaborateur de l’Elysée, Alexandre Benalla. Selon l’édition de ce mercredi du journal, l’ancien chargé de mission de l’Elysée aurait gardé par devers lui un téléphone crypté et un passeport supplémentaire après son licenciement.

Le média ajoute également que l’Elysée aurait omis de demander à l’ancien chargé de mission, Alexandre Benalla, de rendre un quatrième passeport de service «délivré le 28 juin 2018» (en plus des trois autres qu’il aurait finalement rendus)... et un téléphone classé secret-défense.

Le journal précise que ce «laisser-passer à la couverture noire […] facilite le passage des frontières et permet de voyager sans visa dans certains pays.» Alexandre Benalla aurait donc disposé de quatre passeports spéciaux : «deux diplo et deux de service.»

Concernant le téléphone ultra-sécurisé dont il aurait également bénéficié, « le Canard explique » que son avocate aurait proposé au Palais présidentiel de restituer l’objet d’une valeur de 2 500 euros fabriqué par l’entreprise Thalès le 11 janvier.

 

Pour rappel,  évincé de son poste de conseillé à l’Elysée pour violences à l’égard de manifestants le 1er mai dernier, l’ancien chargé de mission d’Emmanuel Macron est suspecté d’avoir utilisé un des passeports diplomatiques pour des voyages en Afrique, bien qu’il ait assuré sous serment devant la commission d’enquête du Sénat avoir laissé ses documents à l’Elysée, dans son bureau, après son licenciement en juillet 2018. Le Quai d’Orsay a affirmé avoir  réclamé à deux reprises les passeports à Alexandre Benalla sans succès.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus