MoovInter

Daniel Edah appelle à une 2ème conférence nationale pour sauver le Bénin

Dans une publication en date du 31 décembre, faisant office de présentation de voeux pour l’année 2019, l’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2016, Daniel Edah, a dressé le bilan politique et économique du Bénin pour l’année 2018. Selon lui, la seule conclusion qui est bonne à tirer de l’année est d’appeler tout le peuple béninois à une deuxième conférence nationale afin de sauver le pays.

Pour Daniel Edah qui se décrit comme un social-démocrate, l’année 2018 a prouvé à satiété que « nous ne vivons pas dans les conditions qui nous ont été promises en 2016 de même que nous n’avions pas pu obtenir celles qui nous furent jadis promises » mais cela ne peut constituer une raison pour baisser les bras en 2019 et à demeurer des citoyens modèles « car aucun développement n’est possible sans le travail, la discipline et la paix. »

--- Publicité---

Cela ne veut pas dire que les différents gouvernements n’ont pas fait ou ne font pas des efforts. Seulement, l’honnêteté et la morale obligent à admettre que les efforts fournis jusqu’à présent demeurent insuffisants face aux défis du pays et aux besoins de la majorité des béninois (…) Les défis d’hier (….) sont restés d’actualité et même sans avancée conséquente, malgré le changement de président. L’adoption d’un programme d’action de gouvernement ainsi que les nouvelles taxes imposées à nos concitoyens pour le financement des actions du gouvernement n’ont réellement rien amélioré, bien au contraire.

Daniel Edah

A en croire Daniel Edah, malgré l’adhésion massive du peuple au changement en 2006, à la refondation en 2011, puis à la rupture et au nouveau départ en 2016, montrant qu’il « veut le changement et qu’il est prêt pour le changement », hier comme aujourd’hui, « la lutte contre la corruption, les malversations et l’impunité est utilisée non pas uniquement pour assainir la gouvernance et les finances publiques mais plutôt pour limiter la compétition ou réduire l’opposition au silence. »  Pour lui donc, l’obstacle au développement du Bénin n’est donc pas le peuple qui est déjà prêt mais plutôt « la classe politique qui s’est montrée réfractaire au changement, à la rupture et au nouveau départ tant prônés. »

Et la solution selon Daniel Edah, n’est donc plus le vote-sanction contre un président défaillant pour encore faciliter l’élection de son ennemi ou d’un nouveau président aux belles intentions mais sans un véritable projet de société, mais plutôt la constitution d’une équipe préparée à la gestion du pouvoir pour combler les attentes et répondre aux aspirations du peuple. En clair, Daniel Edah « propose d’aller à la deuxième conférence des forces vives de la nation, de nous parler franchement, faire le bilan de la mise en œuvre des actes de la conférence nationale de février 1990, tirer les leçons de notre expérience, jeter les bases d’un système politique rénové avec notamment la révision des fondamentaux de notre système de gouvernance, la délibération sur les grandes réformes économiques, sociales, culturelles, institutionnelles et politiques à opérer et enfin, réunir le consensus nécessaire pour l’adoption par référendum d’une nouvelle constitution de la République. »

Dans l’intérêt national, très sensible aux souffrances de notre peuple et parce que mon bloc politique est le Bénin, je vous prends à témoins pour inviter le Président de la République à s’autosaisir de ma proposition et à convoquer la deuxième conférence nationale s’il la juge encore opportune pour la réussite de son mandat.

Daniel Edah

Pour lui, seule la tenue de la deuxième conférence nationale dans un esprit de rassemblement, de partage et d’amour de la patrie, « permettra d’amorcer la nécessaire révolution durable des mœurs politiques en vue de la délivrance du Bénin de ses difficultés économiques, sociales et politiques récurrentes. »

--- Publicité---

3 commentaires
  1. Dèdè-Vèlèèè dit

    tout le monde parle

  2. la rupture dit

    Pour aboutir à quoi? Ce sera l’éternel recommencement. C’est pour permettre aux éternels fossoyeurs de l’économie (vos commanditaires) de se repositionner. Ça ne passe pas et le peuple est aux aguets.

  3. Dèdè-Vèlèèè dit

    il faudra repardonner des délinquants et légaliser le vol à nouveau. inintelligence! Perte de temps. Daniel, vas travailler! Tout ce que tu veux, c’est être ministre, député, ,……..

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus