CPI – Maintien de Laurent Gbagbo: la Côte d’Ivoire entre « la victoire et la déception »

Le maintien en détention de l’ex-chef de l’Etat ivoirien Laurent Gbagbo et son ancien ministre Charles Blé Goudé ordonné ce vendredi 18 janvier 2019, par la Cour Pénale Internationale(CPI) est perçu avec ambivalence comme « la victoire et la déception en côte d’ivoire ».

Acquittés mardi 15 janvier de crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale, qui a d’ailleurs ordonné leur remise en liberté immédiate, les deux accusés (Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé) seront maintenus en détention en attendant que la cour ne se prononce sur l’appel déposé par la procureure. Une nouvelle qui est bien loin de faire l’unanimité en côte d’ivoire.

Selon un leader du parti Front Populaire Ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo contacté par France 24 en Côte d’ivoire, le parti a accueilli la nouvelle décision de la CPI avec « une grande déception ». Ce qui n’est pas le cas chez le collectif des victimes des violences post-électorales de la présidentielle de 2016 en Côte d’ivoire. Ce collectif qui a appelé la Cour Pénale Internationale le vendredi 21 décembre 2018, à maintenir l’ex-président Lauent Gbagbo et Chrales Blé Goudé en détention jusqu’à la fin de leur procès a poussé un ouf de soulagement.

« Le collectif des victimes en Côte d’Ivoire, tout en mettant la crédibilité de la CPI dans la balance et la rattachant à ses fondamentaux, l’interpelle avec la dernière énergie sur la nécessité de maintenir Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé dans les liens de la détention jusqu’à la fin de leur procès», avait déclaré le président du CVCi Issiaka Diaby.

Pour ce dernier, si une décision est rendue dans le sens de la libération de M. Gbagbo, « elle matérialisera la volonté délibérée de la CPI de mettre fin à ses missions en Côte d’Ivoire».

Ce collectif sera appuyé par Jean-Paul Benoit, avocat de l’État de la Côte d’Ivoire qui avait affirmé à l’annonce de l’acquittement de Laurent Gbagbo et Blé Goudé qu’il ne parvient pas à comprendre, qu’après huit années de détention, des confirmations des charges, des audiences, on s’aperçoive qu’il n’y a rien de rien dans le dossier. « Quand j’écoute les juges aujourd’hui, j’ai l’impression que Laurent Gbagbo n’était pas en Côte d’Ivoire pendant la crise, et que tout ce qui s’est passé lui était totalement étranger. Comme s’il n’était pas chef de l’armée, chef de la police, chef de l’État », s’emporte l’avocat. Pour lui, par cette décision, « la Cour oublie qu’il y a eu plus de 3 000 morts, et que s’il y a eu des morts, il y a eu des responsables».

 

3 commentaires
  1. Katy dit

    POUR LA VRAIE RÉCONCILIATION ET VRAIE PAIX EN COTE D’IVOIRE LIBEREZ IMMÉDIATEMENT MR LAURENT GBAGBO ET MR BLÉ GOUDÉ SE SONT LES HOMMES DE PAIX

  2. Merlino dit

    La thèse du complot de la communauté internationale se dessine. Il fallait tout faire pour écarter Gbagbo du pouvoir et installer Leurs gouverneut.

  3. Nicoletta Fagiolo dit

    Wow 2 personnes sont acquitté et encore maintenu et nous n’etes pas indigné? ! vous reportez la propagande impérialiste que certains ONG sous influence progagent sans poser la question qu’est que ça veut die 8 ans de prison ferme pour des personnes innocents? vos etes perdus! ! quelle déception pour l’Afrique digne. Plus d’info articles et vidéos ici:https://www.free-simone-and-laurent-gbagbo.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus