Côte d’Ivoire: sur la réconciliation, Simone Gbagbo fait de précieuses propositions

Les résultats de l’évaluation du processus de la réconciliation en Côte d’Ivoire après la crise post-électorale de 2011 ont été présentés jeudi 10 janvier par l’Action Pour la Protection des Droits de l’Homme (APDH). Invitée à cette présentation, l’ex-première dame Simone Gbagbo a fait part de sa vision pour une réconciliation entre les ivoiriens.

La réconciliation qui est au bout des lèvres de tous les ivoiriens ne peut, selon madame Gbagbo, être effective que lorsque, outre la volonté des politiques, chaque ivoirien décide d’user de sa capacité à s’y prêter en acceptant les différences des autres. Elle souligne que « Si on ne fait pas ce débat, quelles que soit les décisions prises là-haut, les choses ne marcheraient pas », et de faire comprendre que même si des bonnes actions comme l’amnistie sont menées par les politiques, elles n’offrent en réalité que la liberté mais le problème persiste. « Ceux qui ont fait la prison ont besoin de savoir, pourquoi tout cela nous est arrivé », a-t-elle déclaré. Aussi, l’ancienne première dame a tenu à proposer des sentiers qui pourraient mener vers la réussite du processus de réconciliation.

« Ceux qui sont innocents, il est vrai que la grande amnistie vient les libérer mais ne résout pas tous leurs problèmes. De même que pour les victimes, ils ont besoin de savoir. Il est important d’insister sur la nécessité de la vérité. Mais pour moi la question essentielle reste véritablement la question de la justice. Ce qui maintient un pays, une nation dans l’ordre, la sécurité et la paix, c’est la justice. Comment est-elle appliquée, comment est-ce qu’elle est vécue. Dans un pays, c’est la justice. L’économie bien sûr va permettre d’avoir des ressources pour vivre, mais si votre justice n’est pas juste, vous avez beau être riche, vous allez déstabiliser l’économie. Il est donc important d’insister sur la manifestation de la justice et l’application de celle-ci sur les mises en cause. Ensuite faire face aux questions qui sont également importantes comme la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) », a-t-elle recommandé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. Accepter En savoir plus