Côte d’Ivoire: Amaral d’Afrik menacé après son single “ils ont menti, il va revenir”

Le chanteur ivoirien Amaral d’Afrik a dévoilé un extrait de 30 secondes de son single “ils ont menti, il va revenir” dont le lancement est prévu pour le mardi 15 janvier 2019. Quelques heures plus tard, la vidéo a suscité de vives polémiques et aurait même engendré des menaces à l’encontre de l’artiste.

Telle traînée de poudre, la vidéo “ils ont menti, il va revenir” a fait le tour des réseaux sociaux. Selon les polémiques, le single fait allusion à l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo. Mais au petit matin de ce lundi 14 janvier 2019, l’artiste a annoncé qu’il a très peur pour sa vie parce que menacé. Une information confirmée par son manager ”Commissaire Bouba” contacté par la presse locale. Selon l’artiste joint par abidjanpeople, il ne s’agit pas d’un buzz, d’un coup de bluff, mais il est bel et bien victime de représailles: ”Je suis vraiment menacé…J’ai saisi le préfet de la ville d’Abidjan, il m’a rassuré, mais je me tiens en lieu sûr pour ne pas m’exposer”.

[su_heading size=”17″]A lire aussi: Amaral d’Afrik: son titre « ils ont menti, il va revenir » crée une polémique politique [/su_heading]

”Pour mon premier single, j’ai juste été interpellé par une patrouille de la CRS. Un des éléments a eu à me molester sans plus. Avec l’intervention ce jour-là des personnes qui ont assisté à la scène et d’un grand frère gendarme, il n’y a pas eu plus d’effet que ça” a rappelé l’artiste avant de dénoncé les récentes menaces dont il fait objet. Il aurait reçu au départ quelques appels et messages anonymes de personnes agitées avec des paroles menaçantes. “Mais ce qui m’a fait faire la publication sur Facebook, c’est lorsqu’un monsieur assez posé en toute lucidité m’a appelé en me disant ceci : ”Petit, nous t’apprécions bien, mais cette fois-ci, tu es allé trop loin. Ce que je te conseille, c’est de quitter ta maison, sinon l’on risque d’avoir ta peau” a t-il raconté.

Pour l’heure, le préfet d’Abidjan, Vincent Toh Bi est interpellé pour le cas de menace sur l’artiste zouglou zouglou. “Lorsque je l’ai informé, il m’a conseillé de quitter mon domicile, de me mettre en lieu sûr, le temps qu’il prenne des dispositions sécuritaires pour moi” informe Amaral d’Afrik.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.