Bénin – Politique: la mouvance gagne du terrain, l’opposition à couteaux tirés

A moins de trois mois des échéances électorales, l’opposition peine à trouver ses marques. Une guerre ouverte entre Restaurer l’espoir et l’Union sociale libérale étalée sur les réseaux sociaux tient en haleine le commun des Béninois. Pendant ce temps, la mouvance présidentielle occupe méthodiquement le terrain.

Les soutiens de Patrice Talon peuvent s’enorgueillir d’avoir franchi une première étape. Celle de la constitution des grands ensembles conformément à la réforme du système partisan. Les questions fondamentales liées notamment aux positionnements géographiques, attributs, leaderships ont été levées. Ce qui a conduit à la constitution de l’Union Progressiste et du Parti Républicain nonobstant quelques anicroches. A ceux-ci viennent s’ajouter l’UDBN de Claudine Prudencio, DUD de Valentin Houdé et le Parti du renouveau démocratique de Me Adrien Houngbédji, des partis ‘’satellitaires’’ de la mouvance. Depuis peu, ces formations politiques sont devenues très actives sur le terrain. Les leaders des blocs voulus par le chef de l’Etat continuent leur prise de contact avec à la clé, la restitution des travaux des congrès constitutifs suivie de la vulgarisation des textes.

A contrario, pendant ce temps, l’opposition se mange le nez puisque des partis qui la composent peinent à faire des concessions. Dans la foulée, le parti Restaurer l’espoir de Candide Azannaï, unilatéralement, lance un appel aux jeunes et aux femmes désireux d’être candidats aux prochaines législatives à venir s’inscrire sur la liste RE. Une attitude qui s’apparente ou prouve à suffisance  la volonté du parti de faire cavalier seul.

 Géraldo Gomez, Secrétaire général de l’USL, sur l’émission Sans langue de bois de Soleil Fm a exprimé ses inquiétudes en ces termes « (…)   je comprends difficilement qu’avec tous les combats qu’un jeune député Guy Mitokpè a pu mener avec la minorité parlementaire, qu’il se trouve aujourd’hui contraint de tourner dos à tous ses autres collègues députés de la minorité. »

Il a aussi souligné que RE n’était pas au congrès de mise en conformité de l’USL alors qu’une invitation lui a été adressée. Et comme pour prouver que la formation politique veut rompre les amarres avec les autres forces de l’opposition, Géraldo Gomez a rappelé que Candide Azannai n’était pas au congrès des FCBE à Abomey-Calavi. Comme la réponse du berger à la bergère, l’He Guy Mitopkè a laissé sur sa page Facebook, lundi 07 janvier au soir : ‘‘être de l’opposition au Bénin, est-ce être soumis à l’USL’’ ?

Une guerre ouverte qui ébranle d’ores et déjà les installations de l’opposition et plombe l’idée d’un parti unifié pour les consultations électorales prochaines.

 

[add_eventon_wv show_et_ft_img="yes" ux_val="4" event_order="DESC" ]

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus