gaetane

Bénin – législatives 2019: la liste électorale actualisée sera rendue à la CENA dans quelques heures

La liste électorale devant servir à l’élection législative d’Avril 2019 est désormais prête. Le processus d’apurement et d’actualisation entamé depuis Juillet est désormais à son terme et la liste actualisée sera transmise à la CENA dans quelques heures.

A quelques jours de la fin de leur mission, les 9 membres du conseil d’orientation et de supervision de la liste électorale permanente informatisée peuvent se frotter les mains. Selon une source proche de l’institution, la liste électorale actualisée sera rendue dans quelques heures aux responsables de la commission électorale nationale autonome (CENA), organe chargé de l’organisation des élections en République du Bénin.

[su_heading size= »17″]A Lire aussi:Bénin – Législative 2019: l’opposition inquiète après sa visite au COS-LEPI [/su_heading]

Installés en Juillet 2018 pour six mois de travail dans le cadre du processus annuel d’actualisation, Janvier Yahouédehou, président du conseil d’orientation et de supervision de la liste électorale permanente informatisée et ses collègues sont au terme de leur mission. En dépit des difficultés rencontrées, liées aux ressources assez limitées au regard du budget des autres cos-lépi, et aux défaillances de certains matériels, ils ont pu relever le défi de l’actualisation de la liste qui servira dans quelques semaines à l’élection législative.

[su_heading size= »17″]A Lire aussi:Bénin: une délégation de la Céna en visite dans les locaux du Cos-Lépi [/su_heading]

Faut-il le rappeler, le COS-LEPI avait été installé en avril 2013, suite au vote de la loi sur l’actualisation du fichier électoral. Il avait pour missions de superviser l’actualisation du fichier électoral national en vue d’établir une version optimale de la LEPI (la LEPI initiale datant de 2010-2011) à utiliser pour les élections locales et communales projetées à l’époque pour décembre 2013. Il est composé de neuf députés (cinq de la majorité et quatre de l’opposition parlementaire), du directeur général de l’Institut national de la Statistique et de l’Analyse Economique (INSAE) et du directeur du service national en charge de l’état civil.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.