Accueil » Bénin – législatives 2019: finalement, l’USL de Sébastien Ajavon fera cavalier seul
A la Une Politique

Bénin – législatives 2019: finalement, l’USL de Sébastien Ajavon fera cavalier seul

Le comité restreint de suivi mis en place au lendemain du grand meeting organisé dans l’après midi du mercredi 16 janvier 2019 par les forces coalisées de l’opposition en vue de la mise en place d’une liste unique de l’opposition aux élections législatives d’avril 2019, n’aura finalement été qu’une idée mort-née. Aux dernières nouvelles, le parti Union sociale libérale (USL), un des grands maillons de la chaîne a décidé de confectionner sa propre liste.

La liste unique, tant souhaitée et chantée par les forces coalisées de l’opposition depuis quelques jours, relève désormais de l’Utopie. Sauf cataclysme ou changement de dernières minutes, l’Union Sociale Libérale, conduite par Sébastien Ajavon, son président d’honneur, affrontera les élections législatives du 28 avril 2019 avec sa propre liste. L’information, comme une traînée de poudre, avait envahi les réseaux sociaux dans la journée de ce mardi 22 janvier. Joints au téléphone par Benin Web TV, plusieurs membres du bureau exécutif du parti ont confirmé la nouvelle, soulignant les difficultés liées à la confection d’une liste inclusive de toutes les forces de l’opposition; les dissensions ayant presque atteint le point de non retour.

En somme, l’USL autour de laquelle gravitent le parti Social Démocrate (aile Golou), la Renaissance du Bénin (aile Soglo), le parti pour la libération du peuple (PLP) de Léonce Houngbadji , le parti communiste du Bénin (PCB) et une partie du Front pour un sursaut patriotique (FSP), constituera sa propre liste malgré les appels à l’union lancés par l’ancien président de la République, Nicéphore Dieudonné Soglo.

Des propos… Mais pas des actes

Les partis, forces, mouvements et personnalités politiques engagés dans, et alliés de, la Coalition pour la Défense de la Démocratie, ont donc décidé de se donner les moyens de poursuivre leurs actions par une participation à travers une liste unique à partir des prochaines échéances législatives d’Avril 2019, sous une seule et même bannière”, avait pourtant affirmé le jeune opposant Nourou Dine Saka Saley lors de la lecture du communiqué final ayant sanctionné le meeting du 16 janvier 2019. Mieux, selon les propos du député Éric Houndété, tous les partis de l’opposition sont unanimes sur la constitution d’une liste unique au sein de l’opposition. Mais à l’arrivée, les guerres de leadership, les intérêts égoïstes inavoués et les luttes de positionnement semblent avoir pris le dessus sur la recherche d’un consensus pouvant aboutir à la dite liste unique.

Désormais, les diatribes et les passe d’armes entre le parti union sociale libérale et le ministre Candide Azannaï, contrairement à ce que pensent certains observateurs de la vie politique ne sont pas une stratégie politique mais des difficultés réelles à se mettre ensemble. Si une pseudo réconciliation entre l’ex président de la République, Thomas Boni Yayi et le numéro 1 du parti  Restaurer l’Espoir avait agité la scène politique et emballé les professionnels des médias avant de se dissoudre dans l’opinion  comme du sel dans la sauce, la tentative d’union entre le parti Union sociale Libérale et le parti Restaurer l’Espoir n’a pas eu de résultat contraire.

Par ailleurs, la récente rencontre entre le président Nicéphore Soglo et Yayi Boni en dehors des autres leaders de l’opposition, n’est pas non plus un signe trompeur. Tout pousse à croire  que malgré l’insistance sur la nécessité d’avoir une liste unique pour l’opposition venant de  la part de  certains leaders politiques , dans la réalité des faits, les actes ne suivent pas les propos.

L’opposition désormais dans le sauve-qui-peut

Les choses sont désormais claires au niveau de l’opposition. L’Usl présentera sa propre liste, de même que les Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) dont l’ancien président de la République, Thomas Boni Yayi, son président d’honneur, portera le flambeau avec sa candidature dans la huitième circonscription électorale regroupant Pèrèrè, Parakou, Tchaorou et N’dali , lui-même étant originaire de la commune de Tchaorou.

Par ailleurs, il faut notifier que le parti Restaurer l’Espoir (RE) de Candide Azannaï qui s’est toujours dit prêt pour une liste unique de l’opposition a pris ses distances depuis quelques jours. Pour cause, les négociations entre le parti USL et  RE ont visiblement échouées et ont donné lieu à des invectives entre les deux camps. Toutefois, Candide Azannaï n’a pas encore dit son dernier mot. Rejoindra t-il les autres partis dans la logique de la liste unique ou affrontera t-il seul les élections ? Les jours à venir permettront de répondre à ces interrogations.

A Lire Aussi

Bénin: Rsf exige la libération du journaliste Casimir Kpédjo avant tout procès

Bénin – Législatives 2019: marche du fan club Boni Yayi mercredi

Parfait FOLLY

Bénin – Impasse électorale: quel impact avec la saisie du parlement européen?

Robert Houngbo

Bénin – Législatives 2019: Boni Yayi et Nicéphore Soglo toujours prêts pour le consensus

Parfait FOLLY

Bénin: Rock David Gnahoui déplore la descente de Yayi et Soglo à Dantokpa

Mali: le nouveau premier ministre est enfin connu

Modeste Dossou

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." Accepter En Savoir Plus