A la Une Politique

Arrêté en Espagne, Komi Koutché fait appel à Me Jean-Charles Tchikaya pour sa défense

Komi Koutché, ancien DG FNM, ancien ministre de l'Economie et des finances

L’ancien ministre de l’économie et des finances arrêté le 14 décembre 2018 en Espagne est toujours dans les griffes de la police. Pour sa défense, l’ex argentier national a fait appel à deux avocats étrangers dont Jean-Charles  Tchikaya.

C’est l’ancien conseil du Président Equato-guinéen qui va prendre la défense de Komi Koutché dans le dossier FNM. Selon les informations reçues de sources proches de l’ex directeur du Fonds national pour la microfinance (FNM), il est toujours détenu dans une prison espagnole et sera probablement jugé là-bas. En effet, les mêmes sources informent que la demande d’extradition envoyée par l’Etat béninois aurait échoué, ce qui explique donc le fait que son jugement serait fait en Espagne. En dehors de l’avocat bordelais Jean-Charles  Tchikaya, l’espagnol Luis Chabaneix est aussi annoncé pour prêter mains fortes à son collègue. 

Pour rappel, le gouvernement de Patrice Talon a commandité une mission d’audit au Fonds nation pour la microfinance (FNM) dont le rapport révèle des irrégularités graves dans la gestion de la structure. Tenu responsable de ces irrégularités, Komi Koutché fait l’objet d’une poursuite judiciaire depuis plusieurs mois et le dossier qui était au niveau du tribunal de Cotonou se retrouve désormais à la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (CRIET). Il devait être écouté devant cette Cour le 18 décembre 2018, mais l’audience ne s’est pas tenue.

A Lire Aussi

Ukraine – Présidentielle: les grandes tendances donnent vainqueur le comédien Zelenskiy

Sri Lanka – Messe de Pâques: plus de 200 morts après des attaques meurtrières des églises

Vincent DEGUENON

Bénin: « Il n’y a aucune menace sur la sécurité du pays » selon Lazare Sèhouéto

Bénin – Législatives 2019: ce qui se passera dans la 11ème circonscription électorale

Parfait FOLLY

Bénin: la police invite les populations à dénoncer les projets d’actes attentatoires à la paix

Bénin: après sa libération, Prince Sonon Aligbonon donne les raisons de son interpellation

2 commentaires

Cosmo 3 janvier 2019 at 8 h 20 min

Finalement les beninois sont désormais jugé à l’extérieur, ça prouve que la justice beninoise n’a plus de sens ou douteuse. Le président Talon doit revoir sa copie sinon à cette allure le Bénin risque gros.

Répondre
la rupture 4 janvier 2019 at 12 h 23 min

Quel raisonnement incongru? Si la demande d’extradition a échoué, pourquoi il est encore gardé?

Répondre

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." Accepter En Savoir Plus