Afrique du Sud: racisme sur les bancs de classe

Des images publiées sur la toile et attestant une sorte de ségrégation raciale dans une salle de classe en Afrique du Sud, ont sitôt suscité beaucoup de réactions. Lesquelles réactions traduisent des indignations. Pour beaucoup de personnes, notamment certains hommes politiques, le pays arc-en-ciel ne saurait toléré le retour de la ségrégation dont les affres et séquelles historiques demeurent ineffaçables.

Alors que l’on croyait que la ségrégation raciale serait conjuguée au passé depuis le début des années 1990 en Afrique du Sud, les tensions raciales persistent toujours dans le pays. Des cas de racisme suscitent souvent la polémique. La dernière en date et qui fait couler beaucoup d’encres et de la salives, est celle constatée dans une école publique de Schweizer-Reneke, dans la province rurale du Nord-Ouest.

En effet, une photo prise à l’occasion de la rentrée scolaire dans ladite école le mercredi 09 janvier dernier et publiée dans les médias locaux et les réseaux sociaux montrent une quinzaine de jeunes enfants blancs en uniforme installés à une table. Et dans le fond de la classe, quatre autres élèves, tous noirs, sont assis en retrait. Un fait, qui a toute suite suscité la colère et l’indignation tant du côté des internautes que des autorités sud-africaines.

« Il semble qu’il y a beaucoup de cas de racisme ici », a déclaré le responsable provincial de l’Education, Sello Lehari, qui s’est rendu sur place jeudi et a demandé une enquête, rapporte Rfi qui ajoute que : « L’institutrice a été suspendue, mais la direction de l’école affirme qu’il n’y avait aucune intention de sa part de séparer les enfants en fonction de leur race ».

Sur la scène politique Sud-africaine, la photo publiée rime avec des indignations notamment du côté de l’Alliance démocratique (DA), le principal parti d’opposition du pays, qui a dénoncé la “ségrégation” et a insisté sur la nécessité de “rejeter le racisme”.

« Nous ne construirons une Afrique du Sud pour tous que si nous sommes tous assis à la même table », a ajouté la DA.

« Jeudi matin, des parents sont venus récupérer leurs enfants avant la fin des cours alors que des manifestants protestaient devant l’établissement », précise Rfi.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.