Santé d’Ali Bongo: l’opposition gabonaise dénonce « l’ingérence du Maroc et de l’Arabie Saoudite»

La déclaration du vice-président de la République gabonaise faisant état de ce que la santé du président Ali Bongo s’est rétablie à Rabat n’a pas réussi à étouffer le doute de l’opposition gabonaise, encore moins celui de la société civile. En effet, le parti de l’Union nationale (UN) pour sa part, a non seulement émis des doutes sur l’état de santé du président gabonais mais aussi et surtout a pointé d’un doigt accusateur les autorités marocaines voire celles de l’Arabie saoudite.

Actuellement au Maroc dans l’objectif de poursuivre sa période de convalescence, le président gabonais Ali Bongo aurait recouvert sa santé et aurait reçu la visite du roi Mohammed VI qui se serait réjoui de son état de santé à l’hôpital militaire de Rabat le lundi 03 Décembre 2018. Le 4 décembre plusieurs médias, à l’instar de La LIBREVILE, ont affirmé que Ali Bongo aurait reçu en audience certaines personnalités politiques du Gabon à savoir le vice-président, Pierre-Claver Maganga Moussavou, le premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, et la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie-Madeleine Mborantsuo, qui ont d’ailleurs rassurées l’opinion publique sur le rétablissement du chef de l’Etat.

« Le chef de l’Etat est conscient, il reconnaît ses interlocuteurs, il voit bien, il parle bien, sa modulation de ton est bonne », a affirmé M. Ngondet à la presse.« Nous avons été rassurés et apaisés en sortant de cette audience » avec le président à laquelle assistaient également M. Maganga et Mme Mborantsuo a ajouté le vice-président cité par TV5 Monde.

Mais, pour le parti de l’Union nationale (UN), ce ne sont que des paroles vaines, qui, à la limite appel au recul. Le parti a ainsi balayé d’un revers de main les propos du vice-président et  exige une expertise médicale sur « les réelles capacités physiques et intellectuelles » d’Ali Bongo et une enquête parlementaire. Comme si cela ne suffisait pas, l’UN a tiré à boulet rouge sur les autorités marocaines le mercredi 5 décembre, en dénonçant les ingérences étrangères dans les affaires de l’Etat mettant à mal la souveraineté du pays.

Selon le communiqué du parti signé du vice-président François Ondo Edou, les autorités étrangères tant du Maroc que d’Arabie saoudite, entretiennent un flou sur l’état de santé du chef de l’Etat gabonais. Le parti a  à cet effet, exigé à la cour constitutionnelle d’ordonner une « expertise médicale », conformément à l’article 92 de la loi organique de la haute cour. De même, l’UN invite le Sénat, l’unique chambre parlementaire du pays, à saisir le gouvernement afin d’obtenir des explications sur « les implications » de cette situation dans les « relations avec les royaumes d’Arabie Saoudite et du Maroc ».

L’UN a par ailleurs attiré l’attention du peuple gabonais sur la violation du principe de séparation des pouvoirs avec la visite de la présidente de la Cour constitutionnelle aux côtés du vice-président et du Premier ministre. Pour l’UN, c’est « la preuve évidente de l’existence de collusions institutionnelles et d’un manquement grave au principe de séparation des pouvoirs », a dénoncé l’UN dans le communiqué cité par Info 241.com.

Au sein de la société civile, le doute bat également son plein tout comme sur les réseaux sociaux ou certains internautes annoncent d’ores et déjà, la paralysie voire la mort du président gabonais, qui souffre d’un AVC selon l’information rapportée par un site international.

18 Février 2019 - 24 Février 2019

  • nov 26, 2018 - dec 02, 2018
  • dec 03, 2018 - dec 09, 2018
  • dec 10, 2018 - dec 16, 2018
  • dec 17, 2018 - dec 23, 2018
  • dec 24, 2018 - dec 30, 2018
  • dec 31, 2018 - jan 06, 2019
  • jan 07, 2019 - jan 13, 2019
  • jan 14, 2019 - jan 20, 2019
  • jan 21, 2019 - jan 27, 2019
  • jan 28, 2019 - fév 03, 2019
  • fév 04, 2019 - fév 10, 2019
  • fév 11, 2019 - fév 17, 2019
  • fév 18, 2019 - fév 24, 2019
  • fév 25, 2019 - mar 03, 2019
  • mar 04, 2019 - mar 10, 2019
  • mar 11, 2019 - mar 17, 2019
  • mar 18, 2019 - mar 24, 2019
  • mar 25, 2019 - mar 31, 2019
  • avr 01, 2019 - avr 07, 2019
  • avr 08, 2019 - avr 14, 2019
  • avr 15, 2019 - avr 21, 2019
  • avr 22, 2019 - avr 28, 2019
  • avr 29, 2019 - mai 05, 2019
  • mai 06, 2019 - mai 12, 2019
  • mai 13, 2019 - mai 19, 2019
lun18
mar19
mer20
jeu21
ven22
sam23
dim24

05fév(fév 5)0 h 00 min28(fév 28)0 h 00 minAppel à candidature pour le Concours Startups FIDEA 2019

2 commentaires
  1. Brivibas dit

    Les deux chefs d’état compères, obèses, montés au trône grâce à leur papa, qui vivent dans l’opulence et laissent leurs peuple dans la misère. Une honte

  2. Tama dit

    Dénoncer sans proposer solution c’est être complice. Je passais seulement.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus

X