Retrait de la CAN 2019 au Cameroun : « c’est une décision surprenante et injuste »

Le gouvernement camerounais a pris note “avec consternation” de la décision prise par le comité exécutif de la Confédération du football africain (CAF), privant le pays des droits d’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, affirmant que le pays avait été soumis à un traitement qui peut donner lieu à des interrogations.

“Cette décision surprenante, pour plus d’une raison, est certainement injuste en ce qui concerne les énormes investissements de notre pays, qui ont conduit à la mise en place d’infrastructures modernes remarquables “, a déclaré le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary, samedi.

Le porte-parole du gouvernement a qualifié la décision de “non méritée”, affirmant que le président Paul Biya et le peuple camerounais avaient décidé de tout mettre en œuvre pour organiser une célébration remarquable du football africain en 2019. Il a appelé le peuple camerounais à rester calme et à ne pas se livrer à des arguments futiles “face à cette injustice flagrante” de la part du football continental. Issa Tchiroma a déclaré que le Cameroun avait réalisé une performance honorable et qu’il en ferait la preuve au monde entier en achevant avec la même détermination et dans les délais prévus, la construction de ces infrastructures modernes appartenant au peuple camerounais, telles que promises par le président Biya. Il a déclaré que le football africain ne correspondrait pas aux exploits d’autres continents plus performants en l’absence d’une conduite éthique.

“Notre pays, qui a écrit les pages du football africain en caractères gras, ne relâchera pas ses efforts pour travailler avec d’autres pays africains et des instances internationales du football afin de développer le football dans notre Afrique bien-aimée”, a déclaré le porte-parole du gouvernement camerounais.

Lors de la réunion extraordinaire du Café à Accra vendredi, la confédération a déclaré que le Cameroun ne remplissait pas un certain nombre de conditions de conformité pour accueillir le tournoi. Elle a noté qu’il y avait des écarts entre les exigences relatives à l’accueil de la CAN et les réalités sur le terrain. “En outre, après avoir pris connaissance des conclusions de l’équipe d’inspection de la sécurité de Caf lors de sa dernière visite au Cameroun, Caf a conclu que la Coupe d’Afrique des nations ne pourrait être exposée à aucun problème pouvant affecter le succès de la plus prestigieuse compétition africaine”, indique la CAF, déclarant qu’elle lancerait un appel ouvert et urgent pour de nouveaux hôtes.

Le retrait des droits d’hébergement du Cameroun est un coup dur, non seulement pour les fans de football, mais également pour le président Biya, qui a répété à plusieurs reprises que le pays d’Afrique centrale serait prêt le jour J. Dans la plupart de ses voyages, notamment chez lui au cours des deux dernières années, le président âgé de 85 ans, au pouvoir depuis 36 ans, a toujours parlé de la volonté du Cameroun d’organiser la CAN 2019 en montrant son attachement à la concurrence.

En offrant une réception aux “Lionnes indomptables” qui sont devenues vice-champions de la Coupe d’Afrique des Nations africaines en décembre 2016, le président Biya a déclaré que leur succès allait l’encourager à faire en sorte que l’organisation prévue de la Coupe d’Afrique des Nations au Cameroun en 2019 recevra le support nécessaire. Lors d’un banquet en l’honneur de certains athlètes camerounais qui ont remporté des médailles dans des compétitions internationales, le président Paul Biya a affirmé le 10 août dernier que le Cameroun allait être prêt pour le spectacle continental du football, même avec le nouveau format de 24 équipes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus