Liberia: après 11 mois de gestion, Georges Weah parle du Pro Poor Agenda, son programme pour les pauvres

Le 22 janvier prochain, ça fera une année que Georges Weah, l’ancien footballeur international, ballon d’or est porté à la tête de son pays le Liberia. Il a accordé ce samedi 01 Décembre, une interview à RFI où il opine sur cette première année non encore à terme de son quinquennat qui a vu le lancement de son fameux programme Pro Poor Agenda en français programme pour les pauvres.

Un programme dont Weah s’est félicité dans l’entrevue parce que de son point de vue, « la première année, les gouvernements essaient de lancer leur programme. Mais moi, la première année, et en seulement neuf mois, je ne lance pas ! Je mets en œuvre mon programme ! » a t’on appris sur RFI. Ainsi, dans l’entrevue, Georges Weah a parlé du programme d’action baptisé pro poor. Ce programme est destiné à faire pièce à la pauvreté et à transformer les rêves des libériens de vivre décemment, en réalité.

--- Publicité---

Georges Weah a fait savoir que la jeunesse qu’il considère comme pilier du pays est au cœur de son programme. « Je pense qu’il est important d’investir dans la jeune génération. C’est important, parce qu’ils sont le pilier et la composante la plus importante de notre pays. », a t’il fait savoir à RFI. Aider la jeunesse à se développer passe aussi par l’aide à la viabilité des petites entreprises du moment où ce sont eux qui octroient l’emploi à ces jeunes.

Ce rapport jeunesse-entreprise est net dans les propos du président « …si nous ne pouvons pas investir dans nos futurs leaders, nous n’aurons pas de croissance à long terme de ce pays. Il est donc essentiel, maintenant, d’essayer de renforcer les capacités des petites entreprises, parce qu’il s’agit en fait d’un des fondements de notre activité économique ici. ». a t’il ajouté au micro de la radio du monde. Cet attachement de Weah pour sa jeunesse, il ne l’a pas limité à l’emploi mais l’a élargi à l’éducation, d’où son action en faveur de la gratuité de l’enseignement supérieur. « Quand les enfants quittent l’école, qu’est-ce qu’ils font ? Ils n’ont pas la possibilité d’aller à l’université parce que c’est cher. Je pense donc que le fait de donner une éducation gratuite aux étudiants de premier cycle encouragera les élèves de seconde à travailler très dur et à obtenir leurs diplômes, sachant qu’ils ont une université gratuite. ». a affirmé Weah à RFI.

Cette mesure de gratuité, il compte pour le moment le soutenir par l’entremise du budget de l’État en attendant la création de loi en faveur de la gratuité de la formation universitaire. La promotion de l’école, notamment l’université située pour la plus part en mégapole n’a pas fait oublier les milieux ruraux au premier des libériens. Ainsi, il place aussi l’agriculture comme priorité parmi les priorités sans omettre la construction de différentes sortes d’infrastructures routières, sanitaires etc. « Notre Pro Poor Agenda – notre programme pour les pauvres -, c’est l’agriculture, c’est la santé, la façon de soutenir les petites entreprises et d’encourager notre population. Et si vous regardez bien, c’est ce que nous faisons. Nous relions les principales routes dans tout le Liberia, parce que dans les villages, aussi, nous faisons cela. » a t’il dit sur RFI.

Weah se félicite qu’en neuf mois, il ait pu démarrer un tel programme avec quelques réalisations déjà palpable. Pour consolider ces acquis et dissuader des bradeurs, il dit faire de la lutte contre la corruption son cheval de bataille. « Nous avons même décrété que toutes les personnes qui travaillent pour le gouvernement feront l’objet de mesures de contrôle, de surveillance, et devront rendre des comptes. Donc, on combattra la corruption en justice. » a t’il soutenu sur RFI avant de conclure en lançant un appel aux investisseurs étrangers.

---Publicité---

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus