Gabon – Ali Bongo: tout savoir sur les rumeurs autour de sa santé

L’actualité portant sur l’état de santé du président gabonais Ali Bongo ne cesse de défrayer la chronique à l’interne du pays comme à l’ international. Partie d’un simple malaise qualifié de « légère » par la présidence gabonaise, le chef de l’Etat gabonais Ali Bongo a été hospitalisé à Ryad en Arabie Saoudite des jours durant sans détails sur sa santé. Il sera ainsi transféré plus tard à Rabat au Maroc pour poursuivre sa période de convalescence d’où les réseaux sociaux auront enfin un cliché et une vidéo de ce dernier avec le roi Mohamed IV qui abordent le rétablissement du président Ali Bongo. Mais, à la limite, il semble que c’est un montage qui a d’ailleurs suscité beaucoup de réactions. Il y a probablement un flou dans cette affaire.

 Le président gabonais Ali Bongo Ondimba était arrivé à Riyad, le mercredi 24 octobre pour participer à une conférence sur les investissements. Il devait participer le jour-même à un des panels de l’événement, mais était finalement absent. Ensuite, on apprend qu’il a été hospitalisé le 25 octobre 2018 dans la capitale de l’Arabie Saoudite. Selon la présidence gabonaise qui a confirmé l’information, l’hospitalisation du chef de l’Etat serait due à une « légère fatigue ». Selon l’agence de presse d’État saoudienne, citée par l’AFP, le prince héritier Mohamed Ben Salman a rendu visite jeudi 25 octobre à son homologue afin de prendre des nouvelles de sa santé. Mais, aucun détail n’a fuité du côté des autorités marocaines, encore moins des médecins ayant pris en charge le chef de l’Etat Ali Bongo à Riyad. Du côté de la présidence, c’est « un silence total » qui plonge le peuple dans l’incertitude. Le chef de l’Etat est-il décédé ? S’interroge le peuple.

Un regard dans le rétroviseur, on retrouve le média « Jeune Afrique » qui informe de l’arrivée du président gabonais dans la capitale marocaine dans la matinée du jeudi 29 novembre 2018, un mois et demi après son hospitalisation à Riyad, citant la première dame de Libreville Sylvia Bongo Ondimba. Selon un communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères, le dirigeant gabonais va y poursuivre sa période « de rééducation et de convalescence dans un établissement hospitalier de Rabat ». Mais, ce communiqué a sitôt déchaîné des vagues de commentaire en raison du mot « rééducation » utilisé. Pour beaucoup, cette partie du communiqué en dit long sur la gravité de l’attaque subie par le chef de l’Etat du Gabon. Car qui dit rééducation sous-entend une perte partielle ou entière de la motricité d’un ou de plusieurs membres du corps. Et qui connaît l’impact d’un AVC sur l’organisme, sait que les séquelles peuvent parfois être lourdes de conséquences.

« Le Président algérien, Abdelaziz Bouteflika, ne dira pas le contraire, lui qui, depuis qu’il a subi une attaque du genre en 2013, a un souci de locution et de motricité. Ce qui fait qu’il se déplace en fauteuil roulant. Lequel scénario est bien possible avec le Président gabonais, Ali Bongo Ondimba », a évoqué le média afrik.com à titre d’illustration.

Ali Bongo aurait-il perdu l’usage de la parole ? Mystère.

Tout est partie de la vidéo de la visite du roi Mohamed IV à l’hôpital militaire de Rabat au Maroc publiée par la présidence gabonaise. Ainsi, le média Le nouvel Afrik.com en a fait usage pour confirmer les rumeurs portant sur la paralysie du chef de l’Etat gabonais et laisse croire à un montage voire une complicité entre les autorités marocaines et le gouvernement pour cacher la vérité au peuple. Piétinant ainsi le droit d’accès à la vérité du peuple. En effet, le média indique que les images récentes du président au Maroc en compagnie du roi Mohamed VI, trahissent malheureusement ce que les autorités gabonaises voudraient faire croire au peuple.

Selon Le nouvel Afrik.com, il y a un gros mystère sur la capacité du président à user de la parole car, dans la vidéo publiée, « le dirigeant gabonais a été montré en compagnie du roi du Maroc, Mohammed VI, en pleine discussion certes, mais sans le son. Ce qui ne donne aucune caution sur les aptitudes du Président à parler ». L’autre signe plutôt flou que le média a décelé et qui réellement attire l’attention de plusieurs internautes, qui ont vu la vidéo sur les réseaux sociaux, ce sont les images « montrant un verre posé sur la droite du dirigeant, avant que ce verre, saisi à un moment non filmé, ne se retrouve dans la main… gauche du Président » alors qu’Ali Bongo est droitier. Par ailleurs, sur les images, le Président de toutes les Gabonaises et de tous les Gabonais affiche une déformation du visage, notamment de la bouche et de l’œil droit qui est un peu sorti de son orbite (voir photo).

« A bien scruter les images, le chef de l’Etat semble hémiplégique. Donc paralysé. Pour ceux qui ne savent pas, l’hémiplégie est une paralysie d’un coté du corps. Elle peut concerner soit le côté gauche, soit le côté droit. Cette forme de paralysie est causée par un dommage au niveau du cerveau, tel qu’un Accident Vasculaire Cérébral (AVC) », informe le nouvel Afrik.com.

L’opposition gabonaise dénonce l’ingérence de l’Arabie Saoudite et le Maroc

L’opposition gabonaise pour sa part et notamment le parti de l’Union nationale (UN), a émis des doutes sur l’état de santé du président gabonais mais aussi et surtout a pointé d’un doigt accusateur les autorités marocaines voire celles de l’Arabie Saoudite. Cette dernière dénonce l’ingérence de ses pays dans les affaires de l’Etat gabonais mettant à mal la souveraineté du pays

Selon le communiqué du parti signé du vice-président François Ondo Edou, les autorités étrangères tant du Maroc que d’Arabie Saoudite, entretiennent un flou sur l’état de santé du chef de l’Etat gabonais. Le parti a  à cet effet, exigé à la cour constitutionnelle d’ordonner une « expertise médicale », conformément à l’article 92 de la loi organique de la haute cour. De même, l’UN invite le Sénat, l’unique chambre parlementaire du pays, à saisir le gouvernement afin d’obtenir des explications sur « les implications » de cette situation dans les « relations avec les royaumes d’Arabie Saoudite et du Maroc ».

18 Février 2019 - 24 Février 2019

  • nov 26, 2018 - dec 02, 2018
  • dec 03, 2018 - dec 09, 2018
  • dec 10, 2018 - dec 16, 2018
  • dec 17, 2018 - dec 23, 2018
  • dec 24, 2018 - dec 30, 2018
  • dec 31, 2018 - jan 06, 2019
  • jan 07, 2019 - jan 13, 2019
  • jan 14, 2019 - jan 20, 2019
  • jan 21, 2019 - jan 27, 2019
  • jan 28, 2019 - fév 03, 2019
  • fév 04, 2019 - fév 10, 2019
  • fév 11, 2019 - fév 17, 2019
  • fév 18, 2019 - fév 24, 2019
  • fév 25, 2019 - mar 03, 2019
  • mar 04, 2019 - mar 10, 2019
  • mar 11, 2019 - mar 17, 2019
  • mar 18, 2019 - mar 24, 2019
  • mar 25, 2019 - mar 31, 2019
  • avr 01, 2019 - avr 07, 2019
  • avr 08, 2019 - avr 14, 2019
  • avr 15, 2019 - avr 21, 2019
  • avr 22, 2019 - avr 28, 2019
  • avr 29, 2019 - mai 05, 2019
  • mai 06, 2019 - mai 12, 2019
  • mai 13, 2019 - mai 19, 2019
lun18
mar19
mer20
jeu21
ven22
sam23
dim24

05fév(fév 5)0 h 00 min28(fév 28)0 h 00 minAppel à candidature pour le Concours Startups FIDEA 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus

X