MoovInter

Burundi: le bureau des droits de l’homme de l’ONU prié de quitter le pays

Le bureau des droits de l’homme des Nations Unies a déclaré jeudi, que le gouvernement burundais lui avait demandé de partir, plusieurs mois après que le chef sortant des droits de l’homme aux Nations Unies avait qualifié le pays de « l’un des plus prolifiques abattoirs d’humains de ces dernières années ».

La porte-parole Ravina Shamdasani à Genève a confirmé avoir reçu mercredi une lettre « nous demandant de fermer le bureau. Nous regrettons bien sûr cette décision et souhaitons poursuivre notre coopération avec le Burundi ». Elle a refusé de commenter davantage, qualifiant la question de sensible. Des sources au bureau de l’ONU au Burundi ont déclaré au média Associated Press qu’elles avaient deux mois pour partir. Le gouvernement burundais est depuis longtemps irrité par les rapports de l’ONU décrivant des abus présumés dans la crise politique qui a suivi la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un autre mandat en 2015. Zeid Ra’ad al-Hussein, le chef sortant des droits de l’homme aux Nations Unies, a déclaré au début de cette année que le Burundi figurait « parmi les abattoirs d’humains les plus prolifiques de la période récente ».

--- Publicité---

Le Burundi a suspendu sa coopération avec le bureau des droits de l’homme des Nations unies en octobre 2016, l’accusant de « complicité avec des putschistes et des ennemis du Burundi », après qu’un rapport a dénoncé « l’implication du régime dans des exactions systématiques et un risque de génocide ». En décembre 2017, le gouvernement a fermé quatre bureaux régionaux des instances des droits de l’homme des Nations Unies dans le pays. Et une équipe d’experts mandatée par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU pour examiner les possibles abus, a été expulsée en mai malgré l’accord de coopération du Burundi.

Le ministre burundais des Affaires étrangères, Ezechiel Nibigira, a convoqué jeudi une conférence de presse sur la question, mais l’a reportée à une date ultérieure, indiquant aux journalistes que « nous vous communiquerons lorsque nous serons bien préparés ». Rachel Nicholson, chercheuse sur le Burundi pour Amnesty International, a qualifié la nouvelle de « profondément décevante » et a appelé le gouvernement à revenir sur sa décision. Ayant refusé de coopérer avec une commission d’enquête des Nations unies ou de signer un protocole d’accord avec les observateurs de l’Union africaine, le gouvernement tente à nouveau d’empêcher toute surveillance indépendante, a déclaré M. Nicholson.

--- Publicité---

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus