Bénin – Législatives de 2019: quelle option pour Candide Azannaï?

Les élections législatives de 2019 s’annoncent visiblement un peu compliquées pour le parti Restaurer l’Espoir (RE) de Candide Azannaï. En effet, contrairement aux élections passées où le parti a pu rapidement bénéficier d’une alliance avec l’Union fait la Nation, celles de 2019 ont la particularité d’avoir exclu l’option d’alliance entre les partis. Une équation dont la résolution constitue un véritable casse-tête pour Candide Azannaï qui se retrouve entre deux options pour jouer sa survie politique.

Le parti RE ira-t-il aux élections législatives tout seul ou va-t-il intégrer un bloc de l’opposition? Bien malin celui qui pourra répondre avec certitude à cette question. Mais la seule chose qui est sûre, c’est qu’il devra choisir entre ces deux options qui ne sont pas sans conséquences. Ainsi, l’un dans l’autre, Candide Azannaï joue sa survie politique dans le cadre des prochaines élections.

En effet, conformément à la nouvelle charte des partis politiques et le nouveau code électoral, les partis politiques sont dans une certaine mesure contraints à former de grands ensembles pour affronter les élections. Plusieurs paramètres de ces deux lois paraissent compliqués pour des partis qui n’ont véritablement pas une couverture nationale. Dans ces contextes le parti RE se voit contraint de rejoindre un bloc de l’opposition ou de prendre la responsabilité de faire cavalier seul.

[su_heading size=”17″ align=”left”]A lire aussi : Bénin: Candide Azannaï incarne aujourd’hui l’opposition de conviction, selon Yarou Théophile[/su_heading]

Il y a quelques jours, le Secrétaire général du parti annonçait dans un communiqué leur décision de se conformer à la nouvelle charte des partis politiques. Mieux, les délégués départementaux du parti ont validé hier 12 décembre 2018, les dossiers de mise en conformité. Selon Guy Mitokpè, ceci devrait permettre au parti d’exister au vue de la nouvelle loi afin de ne pas traîner une faiblesse lors des négociations avec les autres forces de l’opposition.

Mais l’autre aspect qu’il ne faut pas perdre de vue, c’est que la mise en conformité du parti à la nouvelle charte, lui permet de se présenter seul aux élections. En d’autres termes, cela l’épargne de l’option d’intégration dans un autre parti. Mais aux dernières nouvelles, le parti est toujours en discussions avec les autres forces de l’opposition pour la formation d’un ou deux blocs. A en croire les propos de Guy Mitokpè, le parti RE reste très collé à l’option de l’unité de l’opposition. Mais si cela ne marche pas, Candide Azannaï et ses compagnons devront certainement aller seuls, ce qui demande d’énormes investissements, tant sur le plan humain que financier.

1 commentaire
  1. Alimi Acharaf dit

    Très difficile pour lui de faire un choix entre les blocs de l’opposition,or il tarde à orienter ces partisans.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.