Bénin – Arrestation de Sanni Zakari: le FSP exige la fin des cabales contre les jeunes

Les responsables du front pour un sursaut patriotique (FSP) ont encore donné de la voix ce Jeudi 6 Décembre 2018. L’arrestation du sieur Sanni zakari, président du comité d’organisation de l’initiative de Nikki est l’objet de cette nouvelle sortie des forces politiques et sociales réunies dans ce front.

Les responsables du front pour un sursaut patriotique, ont dénoncé à travers un communiqué en date du 6 décembre 2018, le traitement infligé au sieur Sanni Zakari, président du comité d’organisation de l’initiative de Nikki. Selon ledit communiqué, le lundi 03 décembre 2018, le sieur Sanni ZAKARI, est arrêté par des éléments non identifiés. La scène se serait passée aux environs de 19 heures. Le gestionnaire de l’hôpital Sounon Sero de NIKKI a reçu dans son bureau, la visite des hommes en civil qui l’on poussé de force dans une voiture de couleur noire non immatriculée. Apres l’avoir ligoté et châtié, il est conduit au commissariat central de Parakou où l’attendait une équipe qui le conduit directement au commissariat central de Cotonou le même jour de son arrestation pour être présenté au Procureur de la République, le jeudi 06 décembre 2018.

[su_heading size=”17″ align=”left”]A lire aussi : Bénin – Initiative de Nikki: Sabi Korogoné condamné à 12 mois d’emprisonnement ferme [/su_heading]

Le front pour un sursaut patriotique s’insurge contre cet état de chose et rend responsable, le pouvoir actuel des multiplications des faits de violations des libertés et des droits de l’homme. Il faut préciser que celui qui vient d’être arrêté est le président du comité d’organisation de l’initiative dont le porte parole Korogoné était déjà condamné à 12 mois de prison ferme.

Le FSP dénonce et condamne ces pratiques d’intimidation du peuple et de poursuite des jeunes par le pouvoir en place. Il appelle les travailleurs, la jeunesse et tous les démocrates qui savent bien qu’aucune dictature autocratique ne peut prospérer face à un peuple organisé, à se saisir de toute la richesse de leurs traditions de lutte, pour s’organiser encore et encore afin de mettre fin à la gouvernance autocratique en cours dans notre pays.

3 commentaires
  1. Babalao dit

    Le Bénin des ruptucons ! ?

  2. Seka dit

    Le Bénin de la rupture avec les voyous, les délinquants, les assassins, les tueurs à gage, les fraudeurs, les tricheurs, la promotion de la médiocrité et de la jeunesse paresseuse habituée à l’argent facile et sale.

  3. la rupture dit

    Travailleurs, jeunesse, peuple opprimé, pouvoir autocratique, la même réthorique depuis kerekou1 jusqu’à talon en passant par soglo, kerekou2 et yayi. Ils ne sont pas fatigués ceux-là? La honte.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.