Zimbabwe: des anciens ministres de l’ère Mugabe devant les tribunaux

Deux anciens ministres de Robert Mugabe accusés de corruption ont comparu mercredi devant deux tribunaux distincts à Harare, près d’un an après que le président zimbabwéen eut été chassé du pouvoir par un coup d’Etat.

Le successeur de Mugabe à la tête de l’Etat, Emmerson Mnangagwa, a promis de combattre la corruption. L’ancien ministre de l’Information, Supa Mandiwanzira, est inculpé de deux chefs d’accusation pour corruption, pour un montant total de 5 millions de dollars. Il a été remis mercredi en liberté sous caution pour un montant de 2.000 dollars et la date de son procès a été fixée au 10 décembre. Le procès de Saviour Kasukuwere, ancien ministre des Collectivités locales et figure emblématique de la ZANU-PF, le parti au pouvoir, a débuté mercredi. Il est accusé d’avoir illégalement revu le cadastre de terrains d’une valeur de 2 millions de dollars, en faveur de la soeur de l’ancienne première dame, Grace Mugabe.

Depuis l’éviction de Mugabe par l’armée et le parti au pouvoir en novembre 2017, les nouvelles autorités ont arrêté plusieurs de ses anciens alliés, dont l’ancien ministre de l’Intérieur, Ignatius Chombo, et l’ancien ministre de l’Energie, Samuel Undenge. Ancien bras droit de Mugabe, Emmerson Mnangagwa a remporté en juillet l’élection présidentielle, succédant à Robert Mugabe, au pouvoir pendant 37 ans, qui a laissé l’économie zimbabwéenne dans un état exsangue.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus