Loi de finances, gestion 2019: la Csa-Bénin attire l’attention sur les menaces du projet

Le projet de budget globale de l’Etat gestion 2019 tel que élaboré et transmis par le gouvernement porte en lui de grosses menaces qui ne sont ni de nature à favoriser une bonne gouvernance, ni à améliorer le niveau de vie des populations. C’est du moins la position affichée ce jour par la Csa-Bénin face à la commission budgétaire.

La confédération syndicale autonome du Bénin (csa-Bénin) a été écoutée ce jour lundi 5 Novembre 2018 par la commission budgétaire de l’Assemblée nationale. Cet échange entre dans le cadre de l’étude du budget global de l’Etat, gestion 2019.

Face aux membres de la commission budgétaire, Anselme Amoussou, a d’abord déploré le fait que sa confédération n’ait été associée à l’élaboration du budget par les autorités. Entrant dans le détail du document, le syndicaliste a attiré l’attention des parlementaires de la commission du budget sur les grosses menaces contenues dans le projet de budget. A le croire, le document en cours d’étude au parlement est un recul social, une volonté manifeste du gouvernement du président Patrice Talon à ne pas satisfaire les revendications des travailleurs. Les griefs qu’il porte au projet de budget exercice 2019 se résume comme suit:

    • Absence de dialogue social,
    • Absence de concertation,
    • Création de nouvelles taxes,
    • Manque de volonté de l’Etat à satisfaire aux revendications des travailleurs,
    • Non augmentation du Smig,
    • Faible recrutement dans l’administration publique,
    • Des lignes budgétaires fictives…

Dans ses observations, Anselme Amoussou a dénoncé la création de nouvelles taxes pour éroder davantage le pouvoir d’achat de la population. Très remonté contre ces taxes qui selon lui sont porteuses de risque pour le panier de la ménagère, notamment la taxe sur le soja et sur l’extension de la taxe de séjour dans les hôtels, la confédération d’Anselme Amoussou va exhorter les parlementaires à réagir pour questionner le gouvernement sur leur importance.

Anselme Amoussou s’est également préoccupé de l’annonce de plusieurs milliards dans le budget sans aucune explication du gouvernent sur son contenu. Pour le SG, ces montants apparaissent comme des niches que le gouvernement a logées à travers le budget pour pourvoir faire des dépenses qu’on ne peut pas contrôler. En faisant une étude comparative des budgets de 2018 et de 2019, la Csa-Bénin s’est rendue compte que plusieurs postes de dépenses importantes n’ont pas été pourvus.

Au titre de ces postes de dépenses relevés par le secrétaire général de la confédération des syndicats autonomes du Bénin, on peut retenir: la santé, la sécurité et le traitement des catastrophes et sinistres. En effet, de 400 millions en 2018, le budget de la sécurité et du traitement des risques et catastrophes sont passés à zéro franc dans le projet de budget de 2019. Pour Anselme Amoussou, des secteurs comme l’éducation et la santé nécessitent d’être renforcés par le recrutement de personnel qualifié, toute chose que le gouvernement a ignoré.

Par rapport aux travailleurs, Anselme Amoussou a fait remarquer qu’aucune ligne budgétaire n’a été consacré pour les statuts particuliers. « Par rapport aux statuts particuliers des travailleurs, nous n’avons vu aucune ligne budgétaire. Rien n’est prévue pour prendre en compte ce qui a été concédé aux travailleurs lors des négociations. Mieux, les salaires n’ont connu aucune amélioration » a martelé le syndicaliste.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus