Bénin: impayés depuis 2015, les spoliés du cos-lépi demandent la médiation de Claudine Talon

Suite à leur lettre ouverte infructueuse adressée le 15 Octobre dernier au ministre de l’économie, Romuald Wadagni, les jeunes recrutés par le conseil d’orientation et de supervision de la liste électorale informatisée (cos lépi) dans le cadre de l’actualisation du fichier électoral en vue de l’élection de 2016 reviennent à la charge à travers une nouvelle lettre ouverte adressée à la première dame, Madame Claudine Talon.

A la suite de la lettre ouverte en date du 15 Octobre 2018, les ex-agents d’actualisation du cos lépi, regroupés dans le creuset « les jeunes spoliés du cos lépi », ont saisi l’argentier national, le ministre Romuald Wadagni. C’est en sa double qualité de ministre des finances et de jeune ministre que les jeunes spoliés ont pris l’initiative de lui adresser ladite correspondance; précisait ladite lettre ouverte. Et comme pour se conformer à l’adage qui dit que le chemin qui mène à l’homme passe par le cœur de la femme, les jeunes spoliés du cos-lépi après cette tentative infructueuse, sont revenus à la charge en adressant une nouvelle lettre à la première dame Claudine Talon.

L’objectif de la lettre ouverte selon ses expéditeurs est de toucher la sensibilité de la première dame afin qu’elle demande à son président de mari d’instruire son ministre des finances à l’effet d’ordonner le décaissement des ressources pour le payement de ce qui est dû à ces jeunes mobilités dans le cadre de l’actualisation de la liste électorale en vue de la présidentielle de 2016 et qui jusqu’à ce jour attendent d’être payés.

Dans leur correspondance, ces jeunes estiment la first lady est leur dernier recours car ils ont déjà épuisé la voie de tous les canaux officiels pour se faire entendre mais en vain malgré que le ministre de l’économie a fait la promesse ferme à la tribune de l’assemblée nationale que les fonds dus à ces jeunes seront payés dans les plus brefs délais. Lire ci-dessous l’intégralité de ladite lettre.

Lettre ouverte des spoliés de cos-lépi à Claudine Talon:

LETTRE OUVERTE A LA PREMIÈRE DAME DU BENIN,
Claudine TALON

Cotonou, le 22 novembre 2018

Objet: Jeunes spoliés du COS LEPI

Madame la Première Dame,
Claudine TALON,

Très chère Maman,

Je préfère le reconnaître et l’exprimer sans complexe aucun: je n’ai nullement l’intention de vous importuner et aucune prétention non plus de condamner quelque acteur que ce soit.
Aussi, voudrais-je juste que quiconque aux mains desquelles tomberait cette lettre ouverte, la lise avec intérêt et y trouve le cri de détresse et le supplice de plusieurs jeunes qui recourent à la plaidoirie de la Première Dame de notre pays pour une fin d’année heureuse dans de nombreuses familles béninoises.

Mon second aveu: je voudrais qu’ici s’exprime un humble citoyen qui hésite et se demande s’il doit s’adresser à la Première Dame ou à sa mère, mère de tous ces jeunes abandonnés à leur sort depuis plus de deux (02) ans.
J’ai aussi longtemps cherché à quel titre et par quel canal recourir à votre amour maternel, Madame la Première Dame. Je n’ai finalement repéré qu’un seul: vous faire parvenir une lettre ouverte quoique je ne me sens pas davantage qualifié et digne de vous l’adresser, car s’adresser à la Première Dame, j’en suis conscient, c’est toujours un signe d’honneur.

Madame la Première Dame,
Je me dois avant toute doléance, de vous saluer et vous prier de bien vouloir trouver en ces lignes l’expression de ma profonde admiration.
En effet, très chère mère, le code électoral dispose que la Liste Électorale Permanente Informatisée (LEPI) doit être actualisée chaque année. Ainsi, en 2016, année d’investiture de votre mari, donc de relance de l’espoir de tout le peuple béninois, des centaines de jeunes à travers tout le pays avaient été recrutés et commis à cette noble tâche républicaine d’actualisation aux côtés d’honorables députés dont Badirou AGUEMON qui présidait le COS LEPI en 2016.
Pendant plusieurs mois, ces jeunes ont bravé toutes les intempéries pour accompagner le processus à son terme.
Malheureusement depuis 2106 à ce jour, ils sont restés impayés.

Je trouve à présent opportun de vous rappeler que de nombreuses audiences accordées et correspondances ont été en vain adressées aux diverses personnalités du pays: Président de l’Assemblée Nationale, Médiateur de la République, Ministre de l’Economie et des Finances, Président du COS LEPI…
Des cris de détresse dans la presse, sur les réseaux sociaux n’ont abouti à aucune attention des gouvernants.
Or, le Ministre de l’Economie et des Finances, Romuald WADAGNI à la tribune de l’Assemblée Nationale avait déclaré devant les représentants de la Nation que les crédits destinés au paiement de l’ensemble des dettes du COS LEPI étaient disponibles et devraient sans délai être versés dans le compte de l’institution.
Le Président de la Cour Constitutionnelle, Joseph DJOGBENOU, alors Garde des Sceaux et Ministre chargé des relations avec les institutions, lors de son passage au COS LEPI en 2016, avait réaffirmé l’engagement du Gouvernement à doter l’institution de moyens conséquents pour l’accomplissement de sa mission.
Curieusement et comme vous vous doutez sûrement Madame la Première Dame, aucune de ces promesses n’a été tenue.
Où sont passés ces fonds ?

Paradoxalement, les nouveaux agents recrutés pour l’actualisation de la LEPI actuellement en cours viennent de percevoir leurs premières indemnités.
Pourquoi infliger tout ce supplice à des jeunes qui ne cherchent qu’à survivre ?

Madame la Première Dame,
Comment jeter un regard sur les peines de tous ces jeunes qui, durant des mois, se sont sacrifiés pour participer avec fierté aux côtés d’honorables députés à une tâche si hautement républicaine, sans se rappeler que depuis plus de deux (02) ans, ils n’ont pas été payés ?

Très chère Maman,
dans nos maisons, les jeunes désemparés et spoliés du COS LEPI attendent d’être payés pour lancer des projets, payer leurs dettes et vous savez ce qui est simple mais rempli de symbolisme, acheter de quoi faire sourire de milliers d’enfants en cette veille de Noël.
Prière Maman siffler donc la fin de cette récréation et subséquemment la fin des peines de tous ces jeunes et Dieu seul sait, quel précieux instant de joie et de gaieté dans les familles en cette fin d’année !

À tort ou à raison, les jeunes impayés lors de leur dernière réunion, ont, à l’unanimité reconnu que vous êtes leur seul espoir. La même opinion est partagée dans leurs familles. « Parlez-en à Madame Talon » s’exclament les mères de famille.
Peuvent-elles espérer votre regard d’amour maternel ?
Pouvez-vous ce soir à table ou en votre intimité parler du sort de ces jeunes à votre mari ?
Le Ministre de l’Economie et des Finances peut-il enfin à travers votre plaidoirie ordonner le décaissement des fonds destinés au paiement des dettes du COS LEPI ?
Le Président en exercice du COS LEPI, le député Janvier YAHOUEDEOU peut-il vous écouter pour une meilleure définition des priorités pour honorer son engagement à apurer les dettes de son institution ?

Pour Sénèque, « il n’y a pas de vents favorables pour ceux qui ne savent pas où aller ». Pour ces jeunes, vous êtes Maman Claudine, leur vent favorable. Ils viennent à vous. Tenez-en compte et écoutez leurs lamentations pour une lueur d’espoir dans leur vie et dans leur famille.

En vous exprimant mes sincères remerciements et convaincu de vous voir restée dans le grand présent du bonheur de ces jeunes, je vous prie d’agréer Madame la Première Dame, très chère Maman Claudine , l’hommage de mon profond respect.

Bertrand ACCLOMBESSI
Ancien Président CCA-ATHIEME

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus