Bénin – Appel des grossistes répartiteurs: le délibéré ramené pour ce Mercredi

Le procès en appel des grossistes répartiteurs a repris ce Mercredi 21 Novembre 2018 au Tribunal d’appel de Cotonou. Renvoyé pour le 27 Novembre prochain après la réquisition du ministère public, le délibéré pourrait être rendu ce jour.

Les grossistes répartiteurs condamnés dans le cadre du dossier de faux médicaments sont depuis ce matin à la cour d’appel du tribunal de première instance de première classe de Cotonou. Précédemment renvoyé lors de l’audience du 13 Novembre dernier au 27 Novembre de la même année, le délibéré est ramené à ce jour Mercredi 21 Novembre.

Il faut préciser que lors de l’audience du 13 Novembre 2018, le ministère public dans sa réquisition est resté dans sa logique de condamnation. Même si cette fois ci, il semble un peu flexible dans la peine, on note que si ça ne tenait qu’à lui, les mis en cause feront nécessairement la prison. Ainsi, il a requis une peine de quatre (04) ans d’emprisonnement dont 24 mois fermes et une amende de 100 millions. Une réquisition qui amoindrie un peu la peine retenue lors du jugement en première instance où ils avaient été condamnés à 04 ans de prison ferme.

Présents depuis ce matin à la cour d’appel de Cotonou en attendant le démarrage de l’audience, les grossistes répartiteurs pourront être fixés sur leur sort ce jour. Le juge en charge du dossier peut maintenir les peines prononcées par le ministère public ou les réduire. il a aussi la possibilité de maintenir à leur encontre les peines prononcées en première instance, à moins qu’il décide de les libérer.

Pour rappel, les grossistes répartiteurs ont été interpellés dans le cadre de l’opération Pangéa IX lancée par le gouvernement béninois contre la vente des « faux médicaments ». La justice s’est intéressée aux grossistes répartiteurs depuis qu’une perquisition au domicile de l’honorable Atao Hinnouho a révélé des tonnes de « faux médicaments » détenus par ce dernier. Porté disparu depuis plusieurs mois avec sa famille, le député aurait cité les grossistes épinglés comme ses partenaires dans cette activité de vente de médicaments. Quelques semaines après, les concernés ont été mis en garde à vue avant d’être condamnés pour profession illégale de pharmacie et complicité de vente illicite de produits pharmaceutiques.

Une décision qui n’est pas du goût de la défense des mis en cause encore moins de celui de l’Intersyndicale des pharmaciens du Bénin. Ils estiment que la justice dans le verdict du 13 mars passé n’a pas tenu compte de certains éléments qui auraient changé le cours des choses. C’est pourquoi, ils ont fait appel pour la reprise du procès en espérant l’annulation ou tout au moins une réduction de peine. Selon les propos de Dr Louis Koukpemedji, membre de l’intersyndical qui était sur l’émission « 90 minutes pour convaincre » du dimanche 25 mars 2018, l’Intersyndicale a été surpris par le verdict rendu par le tribunal de première instance de Cotonou contre les grossistes. Il pense qu’il y a des éléments techniques dont la justice doit prendre en compte pour une meilleure gestion de ce dossier qui a ses spécificités.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus