Bénin – Affaire Cnss : Laurent Mètongnon et cie devant la Criet ce jeudi

L’ancien Président du Conseil d’Administration de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) et ses co-accusés sont attendus devant la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (Criet) ce jour jeudi 15 novembre 2018. L’information avait été confirmée par l’un des avocats des mis en cause, qui a d’ailleurs exprimé sa surprise sur cette convocation devant la Cour spéciale.

Condamnés à 5 ans d’emprisonnement ferme et à des amendes à payer à l’Etat, les mis en cause dans l’affaire Cnss/BIBE seront à nouveau juger. Mais cette fois-ci, c’est la Criet qui se chargera de ce nouveau procès. Une situation qui parait anormale pour Me Aboubacar Baparapé . «Le premier juge a déjà jugé Laurent Métongnon et consorts. La Criet reprend pour quoi faire ? Est-ce à dire que la Criet va revenir sur la décision de la première instance ? Ou elle va considérer la décision de la première instance comme inexistante ? Et reprendre et les condamner à 20 ans cette fois-ci ?» s’était-il interrogé.

[su_heading size=”17″ align=”left”]A lire aussi : Bénin: toutes les dernières actualités sur Laurent Mètongnon [/su_heading]

Selon les informations reçues de sources judiciaires, la reprise du procès devant la Criet serait basée sur l’appel fait par les mis en cause, suite au verdict du 31 juillet 2018. Cet appel basé sur un argument fourni par les avocats de la défense met Laurent Mètongnon et ses co-accusés face à trois éventualités. En effet, la Criet peut décider de blanchir les mis en cause, d’alléger la première peine ou l’alourdir.

Pour rappel, Laurent Mètongnon et ses co-accusés ont été mis sous mandat de dépôt depuis environ sept (07) mois pour une affaire de placement hasardeux de fonds de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) dans une banque en difficulté, la BIBE. Selon les accusations portées contre ces derniers en conseil des ministres, les présumés coupables auraient agi dans le but de bénéficier de commissions occultes tirées de ce placement hasardeux. Des commissions occultes estimées à 71.994.737 francs cfa selon le compte rendu du conseil des ministres du jeudi 02 novembre 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus