gaetane

Madagascar – Présidentielle: début de la campagne, les candidats s’activent

La campagne électorale pour la présidentielle a démarré lundi à Madagascar, avec 36 candidats en lice, et durera jusqu’au 6 novembre prochain, soit la veille du scrutin du 7 novembre.

Les candidats auront ainsi 30 jours pour convaincre les électeurs avant d’observer un jour de silence selon le code électoral. Parmi les 36 candidats, figurent 4 anciens Présidents, à savoir, Marc Ravalomanana (2002 – 2009), Didier Ratsiraka (1976 – 1993 puis 1997 – 2002), Andry Rajoelina (Transition de 2009 – 2013) et, enfin, Hery Rajaonarimampianina (2014 – 2018). La campagne a débuté sans drainer la foule, d’autant plus que quelques premières gouttes de pluie ont commencé à tomber sur Antananarivo dans l’après midi, une raison supplémentaire pour dissuader les électeurs. Pour débuter cette campagne, la plupart des candidats considérés comme principaux favoris dans cette course à la magistrature suprême ont choisi de rester dans la Capitale, à l’exception de l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina, qui a donné rendez vous à la population d’Antsiranana, dans le nord du pays en fin d’après- midi.

Pour sa part, l’ancien Président, Marc Ravalomanana, a commencé son premier jour de propagande dans les quartiers de Tanà. Debout sur un véhicule sonorisé, le fondateur du parti « Tiako i Madagasikara » a d’ores et déjà tenté de convaincre les électeurs à travers son projet de société, rapporte Anadolu. Quant à l’ancien Président, Hery Rajaonarimampianina, il a été dans l’Atsimondrano, situé dans la périphérie de la Capitale d’où il est originaire. Il en est de même pour l’ancien président Didier Ratsiraka qui est aussi resté dans la Capitale. De leur côté, 22 candidats considérés comme « moins puissants », dont l’ex – présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar, Fanirisoa Ernaivo, ont fait une déclaration commune sur la place d’Ambohijatovo, dénonçant des irrégularités dans la liste électorale.

Face à l’engouement des candidats pendant ce premier jour de campagne électorale, les citoyens affichent encore une certaine indifférence, a constaté Anadolu.  « Pour le moment, aucun des candidats en lice ne m’emballe particulièrement. Toutefois, j’ai encore tout le mois d’octobre pour observer et écouter ce qu’ils ont à dire », confie au média, Arnaut, un jeune étudiant de 23 ans, habitant à Ambohimiandra, Antananarivo. De son côté, le président de la République par intérim, Rivo Rakotovao a fait une déclaration sur le début de la propagande en marge d’un événement lundi matin : « Les citoyens devraient être au cœur d’une sensibilisation sur leurs droits, car bon nombre d’entre eux ignorent encore leurs droits fondamentaux dont celui d’être libre de s’exprimer et libre de choisir ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus