Bénin: une lettre ouverte adressée au barreau pour son mutisme face à la création de la Criet

La critique qui s’enfle autour de l’appareil judiciaire béninois pousse un citoyen à s’interroger sur le mutisme du barreau béninois face à la crise que traverse la maison justice. C’est à travers une lettre ouverte adressée au Barreau béninois qu’il demande aux hommes en toges noirs de faire entendre leur voix.

Les béninois ont de plus en plus l’impression que la justice n’est plus de leur côté. C’est du moins l’impression générale qui se dégage des critiques lancées à l’endroit du système judiciaire du pays. C’est ce même sentiment qui pousse le sieur Malick Chabi Yiro à interpeller le barreau béninois pour son mutisme. Dans la lettre ouverte adressée au bureau de l’ordre des avocats, le sieur Malick Chabi Yiro indique que la justice s’est résignée face aux tentatives de caporalisation depuis le départ du magistrat Michel Adjaka de la tête de l’union nationale des magistrats du Bénin (UNAMB). A le croire, les professionnels de la justice sont tombés dans une léthargie malgré la répétition de faits qui devraient révolter tout esprit épris du sens de la sauvegarde de l’héritage démocratique qui se matérialise par l’indépendance de la Justice.

A le croire, il peut être compréhensible que les magistrats aient décidé de se résigner parce qu’il aient peur pour leur carrière du fait de la nouvelle configuration du conseil supérieur de la magistrature. Mais alors, que signifie le silence observé par les avocats; craignent-ils des redressements fiscaux? s’interroge t-il?

J’appréhende le mutisme des avocats comme une peur de subir des redressements fiscaux malicieusement ciblés et la fermeture de leur compte bancaire.
Je les comprends, et leur silence forcé m’écœure et entretient mes suspicions sur ce que d’aucuns qualifient de clochardisation de l’institution judiciaire.” se désole t-il.

S’il comprend le mutisme des magistrats même face à la création de la cour de répression des infractions économiques et du terrorisme, il dit ne pas comprendre le silence des avocats face à la création de cette cour.

Face donc au regret de l’héroïsme qu’a représentée la lutte de l’UNAMAB dans un passé récent devant la machine de l’Exécutif qui a tenté de soumettre et de contrôler l’appareil judiciaire, le barreau devrait prendre ses responsabilités pour sauver les meubles et restaurer l’image de la Justice. L’Ordre des avocats devrait pouvoir dire Non à l’installation d’une telle cour pour des raisons suivantes:
– la compétence nationale qu’elle revêt
– plus grave, la violation du principe sacro-saint du double degré de juridiction.” indique t-il.

Se référant à l’histoire du Burkina Faso, Malick Chabi Yiro invite les hommes en toge noir à briser le silence inquiétant qui enfonce notre système judiciaire dans une léthargie. L’éminent professeur Albert TEVOEDJRE prévenait que << se complaire dans une passivité contemplative dans une situation d’incohérence est un crime>>. A quoi servirait l’office d’un avocat face à une telle nébuleuse installée (la criet-ndlr) ? s’interroge t-il?

Pour conclure sa lettre ouverte, il dit être choqué d’entendre suite au procès du 4 Octobre dernier que leur collègue français a décrié les méthodes de la CRIET inventée ici pour ternir l’image de notre Justice dont vous avez contribué à forger la respectabilité. Je ne vous dirai pas plus. Le peuple vous observe.” conclut-il.

18 Février 2019 - 24 Février 2019

  • nov 26, 2018 - dec 02, 2018
  • dec 03, 2018 - dec 09, 2018
  • dec 10, 2018 - dec 16, 2018
  • dec 17, 2018 - dec 23, 2018
  • dec 24, 2018 - dec 30, 2018
  • dec 31, 2018 - jan 06, 2019
  • jan 07, 2019 - jan 13, 2019
  • jan 14, 2019 - jan 20, 2019
  • jan 21, 2019 - jan 27, 2019
  • jan 28, 2019 - fév 03, 2019
  • fév 04, 2019 - fév 10, 2019
  • fév 11, 2019 - fév 17, 2019
  • fév 18, 2019 - fév 24, 2019
  • fév 25, 2019 - mar 03, 2019
  • mar 04, 2019 - mar 10, 2019
  • mar 11, 2019 - mar 17, 2019
  • mar 18, 2019 - mar 24, 2019
  • mar 25, 2019 - mar 31, 2019
  • avr 01, 2019 - avr 07, 2019
  • avr 08, 2019 - avr 14, 2019
  • avr 15, 2019 - avr 21, 2019
  • avr 22, 2019 - avr 28, 2019
  • avr 29, 2019 - mai 05, 2019
  • mai 06, 2019 - mai 12, 2019
  • mai 13, 2019 - mai 19, 2019
lun18
mar19
mer20
jeu21
ven22
sam23
dim24

05fév(fév 5)0 h 00 min28(fév 28)0 h 00 minAppel à candidature pour le Concours Startups FIDEA 2019

2 commentaires
  1. ALLOMANN dit

    Pour votre gouverne M. Chabi, la Criet à été créée par l’assemblée nationale sur proposition du gouvernement a l’effet de réprimer les infractions spécifiques pour lequelles elle est competente.
    Le Benin n’est ni le premier ni le dernier à mettre en place des institutions judiciaires spécialisées qui requierent des compétences pointues . A l’instar des tribunaux de commerce ou par exemple au Sénégal la Cour de répression de l’enrichissement illicite. Il n’y a donc pas péril en la demeure. Même en retrait, Adjaka aurait opiné pour, le cas échéant, relever son illégalité. Les avocats sont dans la même posture. Cest votre ignorance qui justifie vos cris d’orfraie intempestifs. Prenez le soin de vous informer auprès des sachants avant de soulever des polémiques inutiles.. qui nous éloignent de l’essentiel…et font perdre du temps…

  2. ADAMON dit

    Désert de compétences

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus

X