gaetane

Bénin – Régionalisme : la jeunesse rappelée à l’ordre par Dénis Amoussou Yéyé

Le professeur Dénis Amoussou Yéyé était l’invité de l’émission « 90 minutes pour convaincre » de ce dimanche 07 octobre 2018. Au cours de son intervention consacrée à l’actualité relative aux propos qualifiés de « régionalistes et d’excitation à la haine », le professeur Dénis Amoussou Yéyé s’est insurgé contre la manière dont la jeunesse revendique aujourd’hui.

Le Professeur Dénis Amoussou Yéyé condamne tous actes pouvant favoriser la mise en confrontation des différentes régions du Bénin. Ces actes qui se ressentent de plus en plus au niveau des associations de jeunes est à combattre au nom de l’unité nationale.

A l’en croire cette option faite par les jeunes pour se faire entendre n’est pas un bon choix. Même si ces derniers se sentent lésés et méprisés, ils doivent manifester leur indignation sans pour autant mettre à mal la paix et la quiétude nationale. « Les meilleurs revendications se font sans vacarme. Sans agitation et avec le respect des textes de la république », a-t-il notifié selon les propos rapportés par le quotidien Les Pharaons.

[su_heading size= »17″]A lire assi: Bénin: comment Patrice Talon va mettre fin aux questions de régionalisme[/su_heading]

Ainsi, il invite les jeunes à donner de la voix dans les normes prescrites par les lois de la République. Selon lui c’est la seule manière de jouir pleinement de la liberté d’expression et de manifestations prévues par les mêmes lois. Dénis Amoussou Yéyé accorde du prix à la cohésion nationale et estime que tous les béninois devraient travailler pour sa sauvegarde.

2 commentaires
  1. Ken dit

    Au moins le bon sens a prévalu contrairement aux pêcheurs en eaux troubles. Conseillère de Faure togolais, allez à l’école de ce professeur.

  2. Amelagbe dit

    Celui la est mal placé pour parler de régionalisme !
    On se souvient des propos orduriers qu’il a tenu sous Yayi avec des articles aux relents chauvins grand fon , utilisant des noms méprisants pour parler des compatriotes du septentrion, justifiant les progroms de 1963 au quartier Zongo, ou les actes revanchards d’Ahomadegbe après les émeutes de Parakou, actes qui ont cimenté la défiance ethnique dans le cœur de générations de jeunes du Septentrion !
    Si on comprend bien tous ces chauvins grand fons, eux ont le droit de tenir des propos ethnocentrismes, mais quand les autres parlent de disparités économiques regionales, ça devient du régionalisme !
    On croit rêver dans ce pays !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus