A la Une Politique

Bénin: réaction du ministre de la justice suite à la condamnation de Sébastien Ajavon

Le ministre de la justice et de la législation, lors de la conférence de presse.

L’affaire « 18kg de cocaïne » ressuscitée par la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme a connu son verdict dans l’après midi du jeudi 18 octobre 2018. Selon le délibéré final, l’homme d’affaires et ses co-accusés écopent de 20 années de prison ferme et une amende de 5 millions, avec mandat d’arrêt. Suite à ce verdict qui suscite la polémique, le ministre Sévérin Quenum est monté au créneau pour situer l’opinion.

Accusé de trafic de drogue, l’opérateur économique Sébastien Ajavon a été condamné à 20 ans de prison ferme et 5 millions d’amende. Cette condamnation qui a été prononcée en absence des mis en cause et de leurs avocats a suscité l’indignation dans l’opinion publique. Face aux commentaires de part et d’autre, le patron de la justice est sorti pour expliquer les tenants et aboutissants de ce dossier.

Selon les propos du ministre rapportés par le quotidien Les Pharaons, la condamnation de l’opposant Sébastien Ajavon n’est nullement le fruit d’un acharnement politique comme certaines personnes tentent de le faire croire. Pour Sévérin Quenum, le statut d’opposant ne devrait pas empêcher la justice de jouer pleinement son rôle. Ainsi, Sébastien Ajavon fut-il opposant peut subir la rigueur de la loi au même titre que tous les autres citoyens. « On ne peut parler de justice partiale, et il n’est pas juste de dire que Talon passe par le biais de la justice pour éliminer ses opposants », a-t-il martelé.

D’un autre côté, le ministre rejette les griefs portés contre la justice béninoise par les avocats de la défense. En effet, ceux-ci ont dénoncé une « justice de parodie ». A les en croire, la condamnation de leur client ne suit aucune logique, aucune démarche juridique. Ces déclarations ont été balayées du revers de la main par le ministre de la justice qui précise que tout s’est déroulé dans les normes prévues par les lois en vigueurs.

A Lire Aussi

Ukraine – Présidentielle: les grandes tendances donnent vainqueur le comédien Zelenskiy

Sri Lanka – Messe de Pâques: plus de 200 morts après des attaques meurtrières des églises

Vincent DEGUENON

Bénin: « Il n’y a aucune menace sur la sécurité du pays » selon Lazare Sèhouéto

Bénin – Législatives 2019: ce qui se passera dans la 11ème circonscription électorale

Parfait FOLLY

Bénin: la police invite les populations à dénoncer les projets d’actes attentatoires à la paix

Bénin: après sa libération, Prince Sonon Aligbonon donne les raisons de son interpellation

8 commentaires

Dona 19 octobre 2018 at 18 h 57 min

Ils me font honte ces pantins de la rupture. Les préliminaires du droit sont pas respecté. Justice téléguidée,où la fin est connue avant le début des procès. La roue tourne…

Répondre
Rufin FINAGNON 19 octobre 2018 at 20 h 33 min

Non mais que se passe t-il dans mon cher Bénin ? Où veulent -ils conduire mon pays ?
Ça fait honte de penser aujourd’hui qu’on est Béninois ! C’est simplement triste ! Triste tout ce qui se passe dans le pays ! La politique s’est mélangé a tout ! Des gens n’ont plus de dignité dans le pays ou quoi ? Je me demande parfois si ces gens là arrivent à régarder leurs enfants dans les yeux lorsqu’ils rentrent à la maison après leur zèle ! Ou peut-être ces enfants sont à leurs images .  » Tel Père tel fils .  » comme le dirait l’autre .
Que chacun d’eux fasse ce qu’il veut , Dieu s’en chargera. Certes ça prendra du tps , mais ça arrivera un jour !
ADJAVON aussi aurai mieux fait de rester très loin de cette politique béninoise ! N’a-t-il pas dit lui même « ils sont faux ces gens là  » ? Que vient- il chercher encore avec eux ?

Répondre
Seka 19 octobre 2018 at 20 h 47 min

Il me fait honte ce fuyard d’Ajavon. Pourquoi ne pas venir répondre devant la justice et à la face du monde? Être opposant ne signifie pas forcément avoir l’immunité ou être au-dessus des lois. Tout le tintamarre fait pour influencer la justice n’aura servi à rien.
IL N’Y A PAS DE FUMÉE SANS FEU.

Répondre
BOKO Fabrimel 19 octobre 2018 at 20 h 57 min

La justice de notre pays a fait son travail. Nul n’est au dessus de la loi. Et on doit cesser de voir et de croire comme le font certains. Les lois ne sont pas fait que pour les pauvres. Et la séparation des pouvoirs existe. Merci à notre justice pour ce bon travail. Si tjr un opposant tombe sous le coup de la loi, il subira la rigueur de la loi. Les juges sont des professionnels.si Adjavon n’avait pas à se reprocher, il aurait dû se présenter. La justice béninoise est indépendante.

Répondre
gbaka 19 octobre 2018 at 22 h 41 min

Tous les memes. Ils ne sont pas Saints.

Répondre
Amelagbe 19 octobre 2018 at 22 h 43 min

Un proces de la honte devant une cour kangourou avec un parquet creatif !
Ce proces met a nu la perversion de la justice et sonne le glas de l’etat de droit…
A ceux qui demandent a Adjavon de venir se faire hara kiri devant un Talon abusant du glaive de la justice, je les renvoies a la fuite du meme Talon, dont il est permis de penser qu’il avait effectivement complote pour tuer Yayi, ce au vu de la rage de ce clan, du faisceau d’indices existant ( le laboratoire du FBI ayant confirme que les produits destines a YAYI avaient ete effectivement manipules)!
Que tous ces gens se rassurent, le moment venu, on rouvrira ces affaires d’empoisonnement, de tentative de coup d’etat, de contrat leonins, de dol, d’extorcation de fonds publics ( sur 20 ans d’oligopole sur le coton) , de contrats frauduleux avec le PVI et BENIN Control, de traffic d’influence, d’abus de pouvoir, de subornation de temoins, etc…avec preuves et garanties de droits de la defense, sans amnistie !
S’ils pensent avoir verrouille le pays pour 20 ans comme Kagame, ils se trompent de pays et d’epoque !
Toutes les lois scelerates votees pour se maintenir au pouvoir ( code electoral, code numerique, charte des partis etc…) n’empecheront pas leur balayage!
Demandez donc a Bedie le sort de son ivoirite destinee a ecarter ADO, au beau Blaise Compaore le sort de sa reforme constitutionnelle avec un parlement a sa botte!
Quelque soit la longueur de la nuit, le jour finit toujours par se lever, et ce gouvernement a lance la saison des reglements de compte sans fin!

Répondre
Aziguita 20 octobre 2018 at 2 h 11 min

La justice a fait son travail
Un opérateur economique quu declare la guerre a son president ça c’etait au temp de yayi boni

Répondre
Wilfried 20 octobre 2018 at 11 h 28 min

n’importe quoi manque de crédibilité ,manque d’honneur ,manque de respect vis-à-vis de la nations béninoise et l’international.somme nous tous des aveugle. comment dans un État de droit les avocat dajavon non pas pût plaider pour leur clients

Répondre

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." Accepter En Savoir Plus