MoovInter

Bénin: Poursuivie, Fatouma Amadou Djibril fait des révélations depuis son lieu d’asile

Elle est enfin sortie de son mutisme. Comptée parmi les anciens ministres du régime Yayi poursuivis par l’actuel régime pour des faits de malversations, Fatouma Amadou Djibril, ancienne ministre de l’agriculture a donné de la voix. C’est à travers un entretien accordé à Elites Press Tv et publié le lundi 22 octobre 2018.

Contrairement à ses collègues poursuivis au même titre qu’elle, Fatouma Amadou Djibril est restée pendant longtemps silencieuse sur sa poursuite. Mais cette fois, elle semble en avoir « marre » des assauts lancés à son encontre. Elle a ainsi décidé de s’expliquer afin de situer l’opinion sur les faits qui lui sont reprochés et pour lesquels l’Assemblée nationale a autorisé la justice à la poursuivre.

--- Publicité---

A l’entame de son intervention, elle rappelle avoir travaillé pendant 13 ans dans une usine d’égrenage appartenant à l’actuel Président de la République, Patrice Talon. Pour elle, il s’agit d’un détail très important, car pendant ces 13 années, elle a fait preuve d’intégrité et de probité. « Il me connait et je le connais. Pour avoir travaillé avec lui pendant 13 ans, il connait ma probité, il connait mon honnêteté, il connait mon intégrité », a-t-elle martelé.

Évoquant la question des poursuites engagées contre elle et d’autres anciens ministres de l’ex-Président Boni Yayi, Fatouma Amadou Djibril dénonce un acharnement politique orienté contre les ténors du parti FCBE. Elle dit être arrivée à cette conclusion au vue de l’allure inquiétante que prend ce qu’elle a appelé « la traque des opposants ». A l’en croire, il ne s’agit pas pour elle de s’opposer à la justice ou encore à la lutte contre la corruption. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle s’est mise à la disposition de la justice au début de l’enquête. Mais avec l’évolution de la situation, elle a compris que derrière ces poursuites se cache une manœuvre politique de déstabilisation de l’opposition.

« Le gouvernement de la Rupture pris de panique, commence encore de plus bel la traque aux opposants. Donc le procureur de la République qui est l’appendice du ministre de la justice, envoie nos noms à l’Assemblée pour demander la levée d’immunité et l’autorisation de poursuite des anciens ministres »

Fatouma Amadou Djibril

Parlant spécifiquement de son cas, l’ancienne ministre évoque les différentes étapes qui ont jalonné son périple. On retient dans ses clarifications que son nom a été cité précisément dans deux dossiers. Il s’agit de la gestion du riz japonnais et la passation des marchés des intrants au niveau de la filière coton.

« Courant novembre 2017, ils m’ont convoqué parce que tous les jours, on vous colle des dossiers. Ils ont encore monté un dossier pour dire malversation du don du riz japonais. Mais ce n’est pas le ministère de l’agriculture qui pilote le riz japonais. C’est le ministère du commerce. Ils m’ont convoqué à la brigade de recherche avec certains cadres de l’ONASA, j’ai dit l’ONASA est un bras opérationnel dans cette histoire. Ce n’est pas le ministre de l’agriculture qui s’en occupe. C’est plutôt le ministre du commerce. Là 24 heures après, on m’a libéré. Pour la passation des marchés des intrants au niveau de la filière coton, ils disent que ou c’est Djènontin qui a substitué certains adjudicataires ou c’est moi ministre de l’agriculture qui ai substitué certains adjudicataires ».

Fatouma Amadou Djibril

Selon ses propos, le gouvernement agite des dossiers chaque fois quand le parti FCBE fait une sortie pour opiner sur la gouvernance actuelle. Ainsi, les dossiers et les poursuites étant devenus presque quotidiens, il fallait trouver un moyen d’éviter la traque. Mais on est là, on est toujours persécuté et poursuivi. « Chaque fois que Force Cauris sort, on doit lever l’immunité d’un de ses membres. C’est comme ça, on s’est retrouvé sur la terre française mon collègue et moi », a-t-elle révélé.

--- Publicité---

11 commentaires
  1. Seka dit

    Pourquoi tous ces anciens voleurs s’enfuient-ils du pays? Tout simplement parce qu’ils ont peur de répondre de leurs actes. Il ne faut pas mélanger ancienne employée de Talon et ancienne ministre dont on a connu les frasques. Ces gens qui rêvaient de ne jamais quitter le pouvoir jusqu’à ce qu’il les quitta. Du temps de Yayi tout le monde pouvait faire tout dans l’ordre comme dans le désordre. Et on sait la merde que vous avez foutue partout, chère madame. Si vous ne vous reprocher rien, rentrez au pays et présentez-vous à la justice au lieu de raconter des histoires à faire dormir debout.

    1. suite dit

      Mon cher va demander à Talon si on peut rentrer alors qu’on se reproche rien

    2. SAS dit

      Pourquoi Talon avait fui autrefois le Bénin dans une malle alors qu’il était poursuivi pour des faits bien plus graves? Tu dis que « Du temps de Yayi tout le monde pouvait faire tout dans l’ordre comme dans le désordre. »
      Et oui Sous Yayi, Talon était le champion de ceux qui pouvaient faire tout dans l’ordre comme dans le désordre.
      D’ailleurs je me demande quand est-ce que la CRIET s’intéressera aux nombreux dossiers et casseroles de son créateur le PR Patagui vu qu’elle a l’air de vouloir juger des ministres ce qui normalement est du ressort de la Cour suprème.

    3. Previous Next dit

      Je pense que vous feriez mieux de vous demander si ce sont tous ceux qui sont en prison qui ont réellement commis un crime. La réponse à cette question je pense vous fera comprendre ce qu’il faut

  2. Sodabidemi dit

    Elites Press Tv? Sérieux? C’est qui le directeur ou la directrice des publications. Vous beninWebTV , vous publiez sans? C’est ça le journalisme?

  3. Tamiou dit

    Vraiment madame le ministre vous auriez pu vous taire car la probité, l’honnêteté et la bonne gestion sont des mots qu’on ne saurait vous coller au risque de fâcher les Dieux! Oui madame c’est votre ancien conseiller technique qui commente cet article! Toi et moi on sait comment tu as géré ce ministère ! Alors quand tu dis que tu dis que tu es honnête, as de la probité ! Alors dis nous alors là où tu as trouvé l’argent pour construire tes nombreux palais à Kandi, Parakou, et Cotonou? Pardon madame tout le monde te connaît assez!

  4. SEMINVO Samson dit

    Même ceux qui ne maîtrisent rien font aussi des commentaires. Courage aux opposants persécutés me Afrique.

    1. SEMINVO Samson dit

      Lire persécutés en Afrique

  5. Viviane ayeko dit

    N’importe quoi au Bénin ont c’est tous que le gouvernement actuel exagère.et même si vous connaissez la personne pas besoin de dire tous ces choses Mr le conseiller vous n’avez qu’elle a mal géré mais pourquoi n’allez vous pas dénoncer cela depuis tous ce temps au lieu de raconter ce que vous raconter? parfois moi je pense que nous béninois aussi nous aimons trop mettre le feu au problème.ces politiciens font tous pour attirer nos intentions or que la nuit ils sont ensemble arrêtons de tjrs prendre le mauvais côté des choses

  6. la rupture dit

    La honte tout simplement. Ils sont entrain d’exposer leur derrière à tout le monde à l’extérieur. C’est malheureux. Tout le monde sait maintenant qu’ils sont des délinquants financiers ou voleurs. Pourquoi elle n’était pas sortie de son silence lorsqu’elle était encore ici. Quelle honte? Je me demande même s’ils arrivent à circuler librement dans Paris. Avec quels yeux les gens vont les regarder? Leurs acolytes qui sont encore sur le territoire national seraient entrain d’affûter leurs stratégies pour fuir aussi. Pauvre Bénin.

  7. Léonce kangninde dit

    Que Dieu bénisse le Bénin .Amen

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus