gaetane

Bénin: l’appel à la résistance de Houngbédji face à la désaffection du parlement

L’assemblée nationale béninoise n’est plus en odeur de sainteté avec le peuple. Cette réalité, ceux qui l’animent en son conscients. En effet, au cours du discours prononcé par le président Adrien Houngbédji lors de la cérémonie d’ouverture officielle de la deuxième session ordinaire de l’institution, il a fait allusion à la désaffection générale contre le parlement  avant d’inviter ses collègues à tenir bon.

Les députés de la septième législature ne compte pas baisser les bras face aux critiques dont ils sont objets depuis quelques moments. C’est du moins ce que l’on peut retenir de quelques extraits du discours prononcés par le président Adrien Houngbédji lors de l’ouverture officielle de la deuxième session ordinaire de l’année de l’institution qu’il préside.

En effet, faisant allusion aux jets de pierres contre l’institution parlementaire, le premier des députés de l’assemblée nationale du Bénin estime qu’il est tout à fait normal que le parlement soit critiqué. A le croire, les critiques à l’encontre du parlement n’est pas une situation nouvelle. C’est ce qui est toujours observé en fin de mandat, estime t-il.

 » La désaffection vis à vis du Parlement est un phénomène qui s’observe sous tous les cieux, lorsque la fin d’une législature se profile : je parle d’expérience. Vous avez résisté à cette tentation. Soyez en remerciés. »

confie-t-il à ses collègues

Mais en dépit de cette désaffection, le président de l’assemblée nationale promet qu’il ne sera nullement ébranlé par les critiques. Il fortifie d’ailleurs ses collègues députés et les invite à résister à cette tentation qui se manifeste partout quand une législature est en fin de mandat.

 » Mes collègues et moi même exerceront nos prérogatives constitutionnelles jusqu’au dernier jour de notre mandat. Que nul ne s’y méprenne : la démocratie c’est ici » indique t-il.

Dans son discours, la première personnalité a été suffisamment clair; rien n’émoussera sa détermination à accomplir la mission que la république lui a confié.
..

1 commentaire
  1. Amelagbe dit

    Quand on vote a la sauvette des lois liberticides de nuit avec 15 deputes presents, quand on vote «  sans discuter », quand on prend des millions pour soit disant populariser un projet de revision dont on n’est meme pas l’auteur, quand on vote des lois scélérates et iniques comme le code électoral, la charte des partis etc, quand on sanctionne la régression sociale avec le code du travail et la loi sur les collaborateurs exterieurs, quand on organise le depecage accelere de l’economie avec des lois comme le PPP, ou les marches publics, lois mises en oeuvre avant meme leur promulgation, quand on prive de facon repetee la minorite de parole, quand on fait tout cela et pire, c’est une farce de se proclamer le lieu de la democratie, a moins qu’on veuille desgner le tombeau de la democratie !
    C’est en effet au parlement beninois qu’on tue la democratie , avec des coup de poignard dans le dos de facon repetee et resolue!
    Mais nous n’aurons pas la memoire courte !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus