MoovInter

Tchad: vers de meilleurs traitements pour les réfugiés burundais

Le « rapatriement des réfugiés burundais vivant au Rwanda » sera au centre d’une réunion tripartite qui connaîtra la participation, début octobre, des représentants des gouvernements rwandais, et burundais et du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), a annoncé jeudi le ministre burundais de l’Intérieur Pascal Barandagiye.

« Lors de sa visite au Burundi en janvier 2018, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), Filippo Grandi, avait promis d’organiser cette rencontre », a déclaré le ministre sur les ondes de la radio d’Etat, Rtnb. « Cette réunion, tant attendue par le Burundi, sera une occasion pour soulever toutes les questions inhérentes au rapatriement des réfugiés burundais dont beaucoup se retrouvent bloqués au Rwanda », a-t-il encore souligné. Il a, en outre, déploré l’attitude des autorités rwandaises qui « empêchent les réfugiés burundais de rentrer dans leur pays ».

--- Publicité---

Des relations compliquées

Bujumbura accuse, en effet, Kigali d’empêcher le retour volontaire des réfugiés burundais afin de continuer à bénéficier des « aides qui leur sont destinées », de la part des bailleurs de fonds et des ONG humanitaires internationales. Plus de 230.000 réfugiés burundais sont rentrés au pays, depuis janvier 2016 à ce jour, dont une majorité en provenance de la Tanzanie, a précisé le ministre. Un accord tripartite avait été signé en mars dernier entre le Burundi, la Tanzanie et le HCR, en faveur du rapatriement volontaire des réfugiés burundais installés dans ce pays.

Les relations entre le Burundi et le Rwanda sont au plus mal depuis plus de trois ans. Bujumbura accuse Kigali d’héberger ses opposants et de les entraîner militairement en vue de sa déstabilisation. Selon les statistiques du HCR, le nombre de réfugiés burundais dans les pays voisins va decrescendo depuis quelques mois, passant de 420 mille à la date du 31 décembre 2017 à 390. 170 le 31 août 2018. Avec un effectif de plus de 237 mille personnes, la Tanzanie reste le premier pays d’accueil des réfugiés burundais. Elle est suivie par le Rwanda (68 mille), l’Ouganda (42 mille) et la République démocratique du Congo (40 mille). La quasi-majorité de ces réfugiés ont quitté leur pays, il y a plus de trois ans, au lendemain de la crise politique et sécuritaire née de la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un 3ème mandat jugé illégal par l’opposition, la société civile et une partie de son propre camp.

--- Publicité---

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus