MoovInter

Hon Valentin Djènontin: « Actuellement, ce qui se passe au Bénin, c’est un drame »

Depuis quelques jours, la situation sociopolitique au Bénin inquiète une partie de la classe politique, qui a commencé par tirer sur la sonnette d’alarme. Il s’agit des partis de l’opposition qui estiment que le gouvernement va loin dans ses agissements dont le seul but est de réduire les opposants au silence. C’est dans cette logique de prendre l’opinion nationale et internationale à témoin que le député Valentin Djènontin est revenu sur la situation actuelle du pays sur la chaîne Africa24.

Pour illustrer le diagnostic peu reluisant qu’il a fait, le député de la minorité parlementaire évoque la procédure de la poursuite judiciaire enclenchée contre lui et certains anciens ministres de Boni Yayi. A l’en croire, la manière dont ce dossier est géré par le gouvernement est l’illustration parfaite de la banalisation des règles démocratiques sous la rupture.

--- Publicité---

Actuellement, ce qui se passe au Bénin, c’est un drame. C’est que nous vivons désormais un Etat de non-droit parce que anciens Ministres, nous devrions être poursuivis devant la Haute Cour de Justice. Et le vote qui a eu lieu à l’Assemblée Nationale, c’était bel et bien pour que nous soyons devant la Haute Cour de Justice. Mais à notre grande surprise, le Ministre de la Justice a saisi le Procureur spécial de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) pour pouvoir nous poursuivre.

Député Valentin Djènontin

Pour le parlementaire, il s’agit d’une anomalie au vue des textes qui organisent la poursuite d’un ancien ministre en République du Bénin. Une anomalie qui semble avoir été corrigée par le Procureur spécial de la Criet, car ce dernier dans une sortie médiatique a rappelé au ministère de tutelle, qu’il n’a pas compétence pour s’occuper de la poursuite d’un ancien ministre.

Pour rappel, l’ancien ministre Aboubacar Yaya est poursuivi pour une affaire de concours frauduleux au ministère des finances. Quand au ministre Simplice Dossou Codjo, il est cité dans une affaire de détournement de primes des policiers, alors qu’il était ministre de l’intérieur et de la sécurité publique. En ce qui concerne Valentin Djènontin, Fatouma Amadou Djibril, ils sont recherchés pour mauvaise gestion de la filière cotonnière sur la période allant de 2014 à 2016.

--- Publicité---

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus