Bénin : le BMP a renvoyé les femmes aux “casseroles” et aux “couches” selon Marie-Elise Gbèdo

L’ancienne ministre de la justice, plusieurs fois candidate aux élections présidentielles n’est pas en phase avec les députés du Bloc de la Majorité Parlementaire (BMP). Marie-Elise Gbèdo s’offusque contre le nouveau code proposé par le BMP et adopté le lundi 03 septembre 2018. Invité à se prononcer sur le sujet, elle a dit ses quatre vérités aux députés de la mouvance présidentielle.

Dans une interview qu’elle a accordé à l’hebdomadaire catholique La Croix , Marie-Elise Gbèdo a évoqué des aspects du nouveau code qui révèle la mauvaise foi et l’hypocrisie des députés initiateurs. Pour elle, les montants “faramineux” définis pour les cautions électorales est une manœuvre pour écarter les femmes de la compétition électorale.

“Ces députés qui se sont déchaînés ces derniers jours et qui prétendaient, de façon hypocrite, faire la promotion des femmes béninoises dans les instances de décision ont trouvé la formule légale pour renvoyer les femmes aux casseroles et aux couches culottes de leurs enfants et laisser les hommes se bomber le torse“.

Marie-Elise Gbèdo

De part son expérience, elle estime qu’aucun parti ne serait prêt à cotiser 250 millions francs Cfa ou 200 millions francs Cfa pour porter la candidature d’une femme. Ces dispositions du nouveau code contredisent selon elle la position adoptée par le BMP, il y- a seulement quelques mois pour susciter la révision de la constitution.

En effet, les députés avaient avancé la promotion des femmes dans les instances de décisions comme raison fondamentale de l’amendement constitutionnel. Mais aujourd’hui, Marie-Elise Gbèdo se rend compte qu’il s’agissait simplement d’une distraction pour berner la gente féminine. “J’avais parlé de la « poudre aux yeux »  jetés par ces députés qui prétendaient vouloir réviser la Constitution pour favoriser la promotion des femmes béninoises”, affirme-t-elle.

[su_heading size=”17″] À lire aussi : Bénin : Marie Elise Gbèdo révèle les violences conjugales sur des femmes ministres[/su_heading]

C’est pourquoi elle invite l’ensemble des femmes à la vigilance, pour résister aux manœuvres politiques. “Je demande aux femmes béninoises de ne pas se laisser berner. Ce taux élevé des cautions est à rejeter purement et simplement. Pire, il reste et demeure discriminatoire à l’égard des femmes candidates qu’elles appartiennent à des grands ensembles et regroupements ou non”,a-t-elle martelé.

2 commentaires
  1. Wolden dit

    C’est étonnant que ceux qui connaissent la politique et la font se désolent tant. Nous autres nous ne connaissons pas grande chose en politique pour prétendre faire une analyse. Entre nous tous disons qu’on entre en politique pour s’enrichir et ce n’est pas normal. La corollaire c’est qu’il faut être “à l’aise ” avant d’entrer en politique pour ne plus chercher à “trop voler”. Alors ceci n’est aucunement une analyse mais un point de vue subjectif. Franchement en toute honnêteté, nous pensons que la politique se fait avec de l’argent et des idées. Ce qui veut dire si tu as de l’argent et des idées tu peux faire la politique. Par le passé si tu as quelques millions et les idées tu te lances. Ce qui veut dire que tu mise seul tes millions pour faire la faire. Aujourd’hui, seul il est quasi impossible pour une seule personne de miser 250 millions, ce que nous pensons qu’il elimine certains porteurs d’idées. Mais nous nous le voyons autrement. Si l’idée de développement que j’ai est la même que celle dun autre, je pourrais m’associer à lui là nous avons 20 millions, et Dieu seul sait le nombre de béninois qui veulent développer ce pays. Voyons un peu 25000000 par 10000000 cela fait 25 personnes qui ont la même vision pour développer le Bénin. Cela veut dire au lieu d’une personne qui va chercher difficilement à avoir 250 millions ce sera 25 personnes qui l’auront aisement. Au lieu d’une multitude d’une même idée il y aura un regroupement de même idées. Nous pensons que c’est aussi une pratique démocratique, que l’on peut aller une convergence d’idées.
    Existe il en politique quelqu’un qui utilise ses propre fonds gagné par dure labeur?

    1. Amelagbe dit

      Est ce vous etes deja demande pourquoi au Benin il y a peu de cabinets d’avocats, de notaires, d’architectes , d’expert comptable etc… avec plusieurs partenaires associes a part les cabinets pere et fils ou ceux qui ont des collaborateurs salaries, stagiaires ou employes.
      Vous ne trouvez que tres peu de cabinet dupont et dupond, smith et durant etc…
      Alors ne revez pas trop a vos dix leaders qui mettent 25 millions chacun…
      Du reste , quand on voit comment Talon a traite ses allies, on peut comprendre les reticences a s’associer…
      Au dela de ces speculations intellectuelles, la realite crue est que Monsieur Talon , en tant que principal financier des clubs electoraux, veut se donner les moyens d’une main mise totale et continue sur le pays , son economie, sa classe politique, en faisant des presidents, deputes, juges constitutionnels, ses obliges si ce n’est ses serviteurs charges de proteger durablement ses interets et de les faire prosperer quasi legalement…
      Une veritable OPA sur le BENIN

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus