---Publicité---

Bénin : « Je vais faire venir les miens du Nord », Sabi Sira Korogoné désavoue Boni Yayi

« J’irai vers les miens… je vais faire descendre les miens du Nord ». Ces propos chocs de l’ancien chef d’Etat béninois, Boni Yayi, seraient des paroles en l’air selon le porte-parole de « l’Initiative de Nikki », Sabi Sira Korogoné, reçu ce lundi 17 septembre 2018 dans l’émission « 100% Bénin » de Sikka Tv.

« La partie septentrionale du Bénin ne se sentait pas concerner par les propos de l’ancien chef de l’Etat ». C’est en substance ce qu’on peut retenir de l’intervention de Sabi Sira Korogoné au sujet des propos, aux élans régionalistes, de Boni Yayi, alors président de la République du Bénin. Pour le porte-parole de « l’Initiative de Nikki », Boni Yayi a fondamentalement dirigé le Bénin, pendant 10 ans, avec trois groupes et demi et une gouvernance clanique qui, selon lui, n’avait aucune considération régionaliste.

--- Publicité---

« Le premier groupe avec qui Boni Yayi a dirigé le Bénin, ce sont ses amis d’enfance avec qui il a fait le lycée… Vous allez trouver Sacca Lafia, Moudjaïdou Soumanou, Général Robert Gbian, Général Boni, François Abiola, etc. Le deuxième groupe, ce sont ses amis de la banque : BCEAO et BOAD. Les Pascal Irénée Koupaki, Soulé Mana Lawani, Nicaise Fagnon, Daouda, Marcel de Souza, etc. Le Troisième groupe, ce sont ses frères en Christ. Les Valentin Djènontin, Martial Souton, etc. », a fait savoir Sabi Sira Korogoné.

A en croire le porte-parole de « l’Initiative de Nikki », à un moment donné de sa gouvernance, Boni Yayi, ne connaissant pas toutes les réalités du pays, était obligé de faire appel aux gens qui portaient des patronymes assez évocateurs. « Je porte le même nom que le roi, je suis son frère, je suis son fils, je vais au gouvernement. Je porte le même nom que l’imam, je suis son frère, je suis son fils, je vais au gouvernement… », a-t-il expliqué.

Selon Sabi Sira Korogoné, c’est lorsque Boni Yayi se retrouvait en difficulté avec ses amis de la partie méridionale du pays qu’il devenait régionaliste par ses mots : « j’irai vers vous les miens… je vais faire descendre les miens du Nord ». « Non non non… en tous cas, la partie septentrionale ne se sentait pas concerner par ses propos », a-t-il tranché.

---Publicité---

Sans commentaires
  1. sergius Ahokpossi dit

    Il se trouve à justifier l’injustifiable. Nous avons connu Yayi à BOAD avec son élan régionaliste. Arrêter un peu cette hypocrisie.

  2. Moudachirou dit

    Toi tu as qui au Nord

  3. bagri dit

    Vraiment le ridicule ne tue pas! La seule chose que ce plaisantin devrait dire et je lui aurais accordé un semblant de crédit c’est de dire que Yayi dans ses élans régionalistes faisait en fait de l’ethnocentrisme et ça plusieurs sont au nord qui en ont été victimes! Bon maintenant venant à lui Korogone et ses acolytes comment appelle t- on ce qu’ils ont fait là ? Lorsqu’on réuni une partie du pays( le nord) pour raconter ce qu’ils ont fait là, c’est du régionalisme mais qu’ils sachent que ce n’est pas tout le nord qui est contre le Président Talon! Bande de manipulés !

    1. SEGNI dit

      Arrête avec ça Bagri, je soutenais tes analyses. korogoné a raison, comment on appelle ce qui s’est passé à Ouidah le weekend dernier? C’était toujours une jeunesse manipulée? soyez pas condescendants

    2. Ken dit

      Tu as tout dit mon frère Bagri. Après avoir honteusement été porte parole de certains aigris de la République, ce korogoné vient dire quoi de yayi ? Ils sont même pipe même tabac.

  4. HOUNTONDJI Arnaud dit

    C’est irresponsable qu’un tel propos puisse sortir de la bouche de quelqu’un qui fut à un moment donné dans l’histoire de notre chère patrie l’incarnation de tout un peuple. C’est dommage!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus