MoovInter

Bénin: après une accalmie, les spécialistes en grossissement de pénis ont repris du service

Des affichages de communiqué aux grands artères de Cotonou et des principales villes du pays, les « grossisseurs de pénis » ont changé de stratégie de communication à la suite de leur déboire avec le procureur de la République.

En Décembre 2017, le procureur de la République près le tribunal de première instance de première classe de Cotonou a interpellé quatre individus spécialistes de l’activité illégale de grossissement de pénis. Le parquet a pu mettre la main sur ces individus en se servant des contacts laissés par ces derniers sur les affiches accrochées au poteau des feux tricolores des principaux carrefours de la ville. Une interpellation qui a permis de constater une accalmie.

--- Publicité---

Mais de plus en plus, les spécialistes de grossissement de sexe semblent reprendre service. Seulement, ils ont changé de méthode de communication. Les affiches avec les inscriptions: « Décide de la taille de ton pénis » ou « choisi la taille que tu veux pour ton pénis » sont abandonnés au profit des messages sur les réseaux sociaux. Inscrivant leur activité dans la modernité, les grossisseurs de pénis utilisent de plus en plus les nouveaux moyens d’information et de communication de masse pour faire passer leur message.

Avec la décision du nouveau procureur de la république qui entend s’autosaisir de tous dossiers sur les réseaux sociaux qui trancheraient avec la violation des bonnes mœurs et qui iraient contre les textes de la République, les spécialistes en grossissement de pénis doivent changer de profession au risque de tomber sous le coup de la loi.

Il importe de préciser que cette activité illégale est une menace pour la santé publique en ce sens qu’elle viole les dispositions de l’article 9 de la constitution de 1990 qui stipule « que tout être humain a droit au développement et au plein épanouissement de sa personne dans ses dimensions matérielles, temporelles, intellectuelle et spirituelle pourvu qu’il ne viole pas les droits d’autrui ». La constitution de 1990 fait également obligation à la puissance publique de protéger la personne humaine parce qu’elle est inviolable.

--- Publicité---

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus