Sécurité: la Corée du Nord poursuit secrètement son programme nucléaire

La Corée du Nord s’est engagée au printemps dernier à cesser ses activités nucléaires. Selon l’Agence internationale de l’énergie atomique, Pyongyang poursuivrait cependant son programme en cachette, éloignant, de fait, la dénucléarisation « complète, vérifiable et irréversible » exigée par les États-Unis.

D’après un rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique diffusé, mardi 21 août, tout indique que laboratoires et réacteurs nord-coréens sont encore en activité. Telles n’étaient pourtant pas les intentions affichées au printemps par son dirigeant Kim Jong-un, lors du sommet inter coréen d’avril, lors duquel le dirigeant et son homologue sud-coréen, Moon Jae-in, s’étaient engagés à travailler à la « dénucléarisation complète de la péninsule ».

Un engagement d’ailleurs réitéré le 12 juin, lors d’une rencontre sans précédent avec le président américain Donald Trump à Singapour, qui avait été suivi, en juillet, par le démantèlement d’un site de missiles.

Le Washington Post révèle mardi 31 juillet que la Corée du Nord construirait – encore et toujours – des missiles. Les agences américaines de renseignement pensent que la Corée du Nord construit de nouveaux missiles, rapporte lundi le Washington Post. Pour preuve, de récentes images satellites.

« Des preuves obtenues récemment, y compris des photos prises par satellites ces dernières semaines, indiquent que le travail est en cours sur au moins un, voire peut-être deux ICBM (missile intercontinental, NDLR) à carburant liquide dans un grand complexe de recherche à Sanumdong, à proximité de Pyongyang », écrit le quotidien, citant des responsables s’exprimant sous couvert d’anonymat. Des faits reconnus par Washington : le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a admis il y a quelques jours lors d’une audition au Congrès que Pyongyang continuait à produire des matériaux nucléaires.

Dans le détail, les images recueillies récemment par l’Agence nationale de renseignement géospatial montrent que du travail est en cours sur au moins un missile intercontinental Hwasong-15 à l’usine de Sanumdong. Celui-ci aurait une portée de 13.000 kilomètres pouvant ainsi atteindre la côte est des Etats-Unis. Sur une image capturée le 7 juillet, une remorque couverte de couleur rouge vif est stationnée près d’une zone de chargement, précise le journal, ajoutant qu’elle « semble identique » à celles utilisées par les Nord-Coréens pour transporter leurs ICBM. « Ces nouveaux renseignements ne suggèrent pas une augmentation des capacités de la Corée du Nord, mais cela montre que le travail sur des armements avancés se poursuit plusieurs semaines après que le président Trump a déclaré sur Twitter que Pyongyang n’est plus une menace nucléaire », estime le Post.

Pour plusieurs responsables américains et experts, rapporte le Washington Post, il n’est pas surprenant que les sites de fabrication d’armes de Pyongyang restent en activité car, selon eux, Kim Jong Un n’a fait aucune promesse en la matière lors du sommet avec le président américain. Il est néanmoins apparu la semaine dernière que la Corée du Nord avait commencé à démanteler des infrastructures sur sa principale base de lancement de satellites, considérée comme servant de site d’essais pour ses missiles balistiques intercontinentaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus