Scandale dans l’Eglise catholique : des tests d’ADN pour retrouver les enfants des prêtres

Une organisation catholique internationale a chargé un laboratoire privé de faire des tests de paternité sur des enfants, dont les papas pourraient être des prêtres, en vue d’éventuelles prises en charge. Le laboratoire invite les mères d’enfant de prêtes à réaliser des tests d’ADN, rapporte la BBC.

Pour leur faciliter le processus, il a été établit que les mères d’enfants de prêtres qui se présenteront dans les services de ce laboratoire paieront des tarifs subventionnés pour les tests. Pendant 30 jours donc, des centres d’analyse de ce laboratoire opéreront ces tests d’ADN, pour ensuite, présenter un rapport confidentiel au Vatican en vue d’une décision de l’église catholique.

Plusieurs cas ont été signalés au Kenya où des prêtres catholiques ayant rompu leurs vœux de célibat pour avoir des enfants les ont ensuite abandonnés. Certains font l’objet de poursuites en justice et d’autres sont passés sous silence dans les congrégations religieuses. Dans une affaire récemment rendue publique à Nairobi, selon BBC, un prêtre est accusé d’avoir participé à l’assassinat de deux garçons dont il serait le géniteur. Les plaignants affirment qu’il aurait contribué à les faire disparaître pour dissimuler ses actes.

Dans un communiqué rendu public la semaine dernière, le Vatican a récemment reconnu que depuis des décennies, l’Église catholique n’avait pas été ferme sur les abus sexuels présumés commis par des religieux sur des mineurs. Sur la question de la responsabilité de l’Eglise appelée à fournir notamment un soutien psychologique et financier aux enfants de prêtres et à leurs mères, une commission a été créée l’année dernière par le pape François pour amener les diocèses catholiques à trouver des pistes de solutions.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus